Still Alice

Inoubliable Julianne

still

Séance de rattrapage pour ce drame discret signé par Richard Glatzer et Wash Westmoreland et qui était sorti sur nos écrans en mars 2015. Mariée, heureuse et mère de trois grands enfants, Alice Howland est un professeur de linguistique renommé. Mais lorsqu’elle commence à oublier ses mots et qu’on lui diagnostique les premiers signes de la maladie d’Alzheimer, les liens entre Alice et sa famille sont mis à rude épreuve. Effrayant, bouleversant, son combat pour rester elle-même est une magnifique source d’inspiration. Bien que ces 100 minutes émeuvent aux larmes, scénario et mise en scène savent éviter le pathos, en épargnant aux spectateurs les adieux mélo de l’héroïne à ses proches ou les symptômes physiques les plus trash de sa pathologie. C’est là le grand point fort de ce drame intimiste avec, évidemment, son interprète principale… inoubliable.

still-alice-julianne-moore-brillante-dans-un-melodrame-moore-baldwin

Le film est adapté du roman L’Envol du papillon, écrit par Lisa Genova. Cette professeure d’université en neuroscience s’est inspirée de ses recherches et de sa propre expérience afin de rendre son livre le plus complet possible. Il fut auto publié en 2007 avant de devenir peu de temps après un bestseller. Le film, quant à lui, se centre sur l’isolation progressive et la détresse de la patiente. Bouleversant de sobriété et de délicatesse, il donne un visage et une voix aux victimes de cette dramatique affection. La seule chose qu’on pourra regretter, c’est la platitude de la mise en scène d’un académisme confondant. Les réalisateurs, sans doute prisonniers de leur sujet, se sont refusé à oser plus qu’une simple mise en images. Dommage car les acteurs méritaient mieux et plus.

still-alice-julianne-moore-brillante-dans-un-melodrame-moore-stewart

Avant de revenir à Julianne Moore, le rôle principal avait été offert à Michelle Pfeiffer, Julia Roberts, Diane Lane et Nicole Kidman…. Sans préjuger de ce qu’aurait fait ces superbes comédiennes, on ne regrette pas ce 5ème ( ?) choix. Elle a d’ailleurs remporté l’Oscar de la meilleure actrice grâce à son rôle d’Alice. Elle forme un couple touchant avec l’épatant Alec Baldwin. Autre regret, c’est le manque d’épaisseur réservé par le scénario aux seconds rôles pourtant fort bien incarnés par Kristen Stewart, Kate Bosworth, Hunter Parrish. Un beau film, trop timide qui repose entièrement sur les frêles épaules de l’immense Julianne Moore.   

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s