Futilités

Le singe est toujours singe, fût-il vêtu de pourpre.

Notre personnel politique devrait méditer de toute urgence ce proverbe qui nous vient de la Grèce antique. De quoi parlait-on en France avant la Fête Nationale ? De chômage, de sécurité, d’éducation, d’écologie… ? Non ! Des vacances, du résultat de l’Euro de foot, du mercato dans les chaînes de télé… Quant à nos politicards de tout poil, ils occupent les médias à longueur de temps pour gloser sur le coiffeur dispendieux de François II ? 9000 euros par mois pour se faire teindre, peigner et couper les cheveux ? Une honte ? Certainement. Mais que Gugusse 1er, roi de l’esbroufe, et ambassadeur du « bling-bling », soit le premier à monter au créneau sur le sujet en oubliant qu’il entretenait, lui aussi, durant son séjour à l’Elysée, un coiffeur et une maquilleuse à plein temps, me paraît tout aussi scandaleux. Ainsi il en va des monarques du XXIème siècle, sans vergogne et à la mémoire sélective.

224 COIFFEUR

Pendant ce temps-là, le Grand Prix de l’Elysée bat son plein. Des favoris, des outsiders et beaucoup de chevaux de retour… on a tout ce qu’il faut sur la ligne de départ. Mais ce qui m’intrigue le plus, c’est la propension de certains à refuser d’entrer dans les starting-blocks… Je rejoins William Blake quand il écrivait : Ceux qui répriment leur désir sont ceux dont le désir est assez faible pour être réprimé.

223 PRESIDENTIELLES

Oui, tout cela était bien futile, mais on n’a mesuré le vide sidéral de notre vie politique que quand l’horreur nous a de nouveau frappés sur la Promenade des Anglais, en ce soir de Fête Nationale. Mais la compassion, la tristesse et la sidération furent de courte durée. Le déplorable naturel de nos tout petits politiciens a repris le dessus. Il faut trouver des responsables et autant que faire se peut, dans les rangs socialistes. Le mensonge, l’outrance et l’indignité ont vite repris le dessus. Monsieur Estrosi en tête devrait réfléchir – s’il en est capable – à cette phrase de Julio Cortazar : La lâcheté tend à projeter sur les autres la responsabilité qu’on refuse. S’il avait tant de doutes sur les forces de sécurité déployées à Nice ce soir-là, que n’a-t-il annulé le feu d’artifice ? Cherchons les responsables !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s