Folles de joie

On ne peut être poète sans quelque folie (Démocrite)

folles-de-joie-de-paolo-virzi-avec-valeria-bruni-tedeschi-micaela-ramazzotti_5610325

J’avais adoré les deux derniers films de Paolo Virzì, La prima cosa bella et Les Opportunistes. Ce ne sont pas ces 116 minutes de comédie dramatique qui vont me faire changer d’avis sur ce formidable réalisateur italien. Béatrice est une mythomane bavarde au comportement excessif. Donatella est une jeune femme tatouée, fragile et introvertie. Ces deux patientes de la Villa Biondi, une institution thérapeutique pour femmes sujettes à des troubles mentaux, se lient d’amitié. Une après-midi, elles décident de s’enfuir bien décidées à trouver un peu de bonheur dans cet asile de fous à ciel ouvert qu’est le monde des gens «sains». Très joli film sur la maladie mentale opposée à la folie ordinaire, porté par deux actrices au top, qui nous font partager leur fragilité et leur solitude. Drôle et mélancolique.

folles

Avant de se lancer dans l’écriture du scénario, le cinéaste et sa co-scénariste ont fait un gros travail de documentation, notamment auprès de psychiatres et de patients :  Nous avons commencé par interroger de vrais psychiatres et psychothérapeutes. Nous avons rencontré toutes sortes de patients : catatoniques, hystériques, mélancoliques, importuns, paranoïaques, prolixes. Et j’ajouterais: comme dans la vie de tous les jours. Parmi eux, il y avait aussi des personnes que les institutions, les juges, les services sociaux avaient jugées dangereuses car elles avaient commis des délits et risquaient un internement dans des hôpitaux psychiatriques judiciaires. Nous y avons rencontré bon nombre de Béatrice et de Donatella… Une échappée belle de près de deux heures qu’on ne voit pas passer en compagnie de deux actrices magistrales. Un road-movie réconfortant, bien écrit, bien filmé qui nous emmène sur les pas de deux femmes que la société a décidé de mettre de deux côtés, mais qui nous donne une leçon de vie avec un grand V.

folles-de-joie-de-paolo-virzi-avec-valeria-bruni-tedeschi-micaela-ramazzotti-1_5610479

Même si l’ensemble de la distribution est parfaite, le film repose sur les compositions ébouriffantes des deux héroïnes Valeria Bruni Tedeschi, tout en lumière et en couleur et  Micaela Ramazzotti, taciturne, renfermée et de plus en plus bouleversante au fur et à mesure que l’on découvre son passé. Ce « couple » mal assorti nous mène par le bout du nez sans un seul instant d’ennui. Un Thelma et Louise version psychotique qui marque le retour au sommet de la comédie italienne. Pétulant et chaleureux, ce très beau film nous emporte allègrement au royaume de la folie. Tentez le voyage, vous ne serez pas déçus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s