L’idéal

Narcissisme embarrassant

l-ideal-

Pour son second film en tant que réalisateur, après L’Amour dure trois ans, Frédéric Beigbeder a décidé d’adapter à nouveau un de ses romans intitulé Au secours pardon. Il s’agit d’une suite indirecte à 99 francs, le long-métrage de Jan Kounen, déjà adapté d’une œuvre de Beigbeder. 90 minutes parfois drôles, souvent irritantes, en tout cas, parfaitement inutiles. L’ancien concepteur-rédacteur Octave Parango de « 99 francs » s’est reconverti dans le « model scouting » à Moscou. Cet hédoniste cynique mène une vie très agréable dans les bras de jeunes mannequins russes et les jets privés de ses amis oligarques… jusqu’au jour où il est contacté par L’Idéal, la première entreprise de cosmétiques au monde, secouée par un gigantesque scandale médiatique. Notre antihéros aura sept jours pour trouver une nouvelle égérie en sillonnant les confins de la Russie postcommuniste, sous les ordres de Valentine Winfeld, une directrice visuelle sèche et autoritaire. Entre les réunions de crise à Paris, les castings à Moscou, une élection de Miss en Sibérie, une fête chez un milliardaire poutinien et une quête des « new faces » aux quatre coins de l’ex-URSS, le fêtard paresseux et la workaholic frigide vont apprendre à se supporter et peut-être même à se sauver. Ça se veut noir, c’est seulement moche, ça se veut cynique, c’est surtout maladroit et fatiguant. Et j’aime bien Beigbeder… c’est vous dire.

lideal

Donc,  après la comédie romantique, Frédéric Beigbeder a voulu retrouver le ton déjanté de 99 Francs. Ou comment faire du neuf avec du vieux. On retrouve le même personnage, même si l’acteur a changé, que le milieu de la mode remplace celui de la pub, et que l’action se passe essentiellement en Russie. On ne peut pas reprocher un quelconque manque de rythme, ça va même à 100 à l’heure, c’est épuisant. D’ailleurs les acteurs se sentent obligés de parler à toute allure et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça nuit un tantinet à la clarté de leur élocution… bref on perd la moitié des dialogues et c’est fort dommage vu que c’est le seul point fort du film. Car côté réalisation, c’est du clip vidéo survitaminé, clinquant, tape-à-l’œil, et complaisant en diable. Le scénario se prend les pieds dans le tapis de son cynisme. On n’y croit pas un instant et dans toute cette esbroufe, les comédiens ont bien du mérite à sauver leur épingle du jeu

l ideal

Gaspard Proust en tête, qui devient peu à peu le clone de Beigbeder. Mais malgré son talent, il ne parvient pas un seul instant à faire croire à son personnage, sauf à l’extrême fin du film où, enfin, une surprise nous attend. Audrey Fleurot en pasionaria psycho-frigide est épatante. Anamaria Vartolomei, bien jolie, mais la palme revient à l’excellent Jonathan Lambert qui nous gratifie d’un numéro ahurissant de transsexuel assumé. Il reste une des seules bonnes raisons d’aller voir ce ratage à la hauteur de l’attente qu’on pouvait placer dans ce film qui se révèle plus vulgaire que grinçant, plus toc que chic, plus inoffensif que satyrique. Un mauvais moment à passer, comme chez le dentiste. Mais chez le dentiste, on est obligé d’y aller…

Publicités

3 réponses à “L’idéal

  1. Oh la la tu n’y vas pas avec le dos de la cuillère !^^ Ce film me donne envie malgré tout. Justement à la télé j’en ai entendu parler plusieurs fois, mais jamais je n’avais eu la confirmation qu’il s’agissait de l’adaptation d’Au Secours Pardon ! Cela m’intriguait car je me rappelais de ce livre, et ça me semblait être la même histoire. Bon, j’irai le voir à mes risques et périls. Ou alors j’attendrai le DVD…^^

  2. C’est le The Neon Demon français ?
    Diantre ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s