Le voyage de Fanny

Epopée initiatique

voyage-fanny-lola-doilon

Dans la famille Doillon, après Jacques, le père, Lou la sœur, revoici Lola. Depuis Contre toi en 2009, Lola Doillon n’avait plus réalisé que sur le petit écran. Ces 94 minutes marquent son retour avec un film émouvant, haletant et de bonne facture. Du haut de ses 12 ans, Fanny a la tête dure. Mais c’est surtout une jeune fille courageuse, qui, cachée dans un foyer loin de ses parents, s’occupe de ses deux petites sœurs. Devant fuir précipitamment, elle prend alors la tête d’un groupe de huit enfants, et s’engage dans un dangereux périple pour rejoindre la frontière suisse… L’émotion et le suspense sont au rendez-vous dans ce voyage initiatique. Même si le film recèle quelques faiblesses, on se laisse prendre par l’intensité du récit et par le jeu des enfants.

voyage-de-fanny-lola-doillon

Il s’agit donc de l’adaptation du récit de l’allemande Fanny Ben Ami qui vit désormais en Israël où elle est devenue peintre. Tourné en France et en Belgique, le film se situe pendant le Seconde Guerre mondiale, mais le conflit n’apparaît pas à l’écran. Ce qui de toute évidence à intéresser la réalisatrice, c’est de faire vivre les événements à travers le regard des enfants, et de montrer, alors qu’ils n’étaient pas sous les bombes, ils subissaient la violence et la peur de l’abandon. En fin de compte l’occasion de faire son devoir de mémoire à hauteur d’enfant. La forme est plutôt conventionnelle, mais on ne peut nier à Lola Doillon son réel talent à diriger des enfants, modèles de naïveté et de fragilité face à des adultes dont aucun ne s’avère vraiment fiable. On regrettera peut être une trop grande neutralité de la réalisatrice face à ce drame cruel ce qui affadit sans doute le propos. Dommage ! Mention AB.

voyage

Le film de Lola Doillon doit beaucoup a l‘interprétation de sa bande d‘enfants. Elle en a « casté » plus de mille avant de porter son choix sur Léonie Souchaud, étonnante jeune actrice… une découverte à suivre de près) Fantine Harduin, Juliane Lepoureau, Ryan Brodie… et les autres. Cécile de France, dont le personnage est inspiré de deux figures de la Résistance, et Stéphane de Groodt font des apparitions remarquées dans ce drame inégal mais qui retient l’attention jusqu’au mot FIN, malgré quelques clichés faciles et son aspect démonstratif. Peut se voir à tout âge… N’a-t-on pas trop visé le prime-time télévisuel ? Ce serait regrettable avec un sujet aussi fort.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s