Marseille

Peu cher

Marseile- -

Triple charge pour Kad Merad puisque, pour son troisième film, il est à la fois scénariste, réalisateur et acteur. Malheureusement pour lui, c’est un flop de plus. Devant l’insistance de son frère Joseph, qu’il n’a pas revu depuis 25 ans, Paolo se résout à abandonner quelques jours sa vie calme et harmonieuse au Canada, pour revenir à Marseille au chevet de son père accidenté. Il part donc, son fils sous le bras, bien décidé à ne pas s’attarder dans cette ville qu’il a fui, des années plus tôt, à la suite d’un drame. Il n’imagine pas que l’affection de sa famille retrouvée, sa rencontre amoureuse avec une jeune femme et la solidarité joyeuse et simple des Marseillais le réconcilieront avec cette ville qu’il n’aurait jamais voulu quitter… Marseille. Il n’y a pas grand chose à sauver dans cette comédie poussive, plutôt bien filmée et interprétée, mais manquant par trop de rythme et d’originalité pour séduire le public.

m

Dans ces conditions, 102 minutes, ça paraît long. Bourré de bon sentiments, le scénario tente de se recentrer sur la tendresse et la force de la réconciliation familiale. Mais ça se veut aussi un hommage aux Marseillais et un hymne à la nonchalance et à l’épicurisme méridional. Et pour ce faire, on enfile les clichés folkloriques sur la gouaille et le manque de civisme du Phocéen moyen. C’est d’un lourdingue à la limite du supportable. Quelques idées, quelques répliques cinglantes malgré tout, certes prévisibles, mais quand on se débat dans le vide on s’accroche à ce qu’on peut. On ne met pas en doute l’amour que Mérad et Bosso portent à leur ville, mais ce n’est pas une raison suffisante pour nous infliger cette avalanche de clichés et de bons sentiments.

Marseille

Kad Merad et Patrick Bosso sont convaincants mais se débattent dans un scénario trop faiblard pour espérer quoi que ce soit. Venantino Venantini et Judith El Zein campent des personnages plus réalistes et s’en tirent honorablement. Anne Charrier, Julien Boisselier, Louis-Do de Lencquesaing, Philippe Lefebvre, ne font que passer dans d’autres personnages souvent sacrifiés. Comédie superficielle dont l’humour manque par trop de finesse. On patauge dans le Vieux-Port.

Publicités

Une réponse à “Marseille

  1. J’aime beaucoup Kad Merad et je suis excessivement bon public, donc je pense que cela pourrait me plaire malgré tout. Récemment j’ai vu l’Italien et j’ai passé un bon moment.^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s