Zoolander 2

Caméo party

ZOO

Le premier Zoolander n’avait pas été un gros succès au box-office. Son réalisateur, Ben Stiller revient à la charge avec le N°2 des aventures totalement déjantées (… et le mot est faible) de Derek Zoolander et de ses comparses. Blue Steel. Le Tigre. Magnum… Des regards si puissants qu’ils arrêtent des shuriken en plein vol et déjouent les plans de domination mondiale les plus diaboliques. Un seul top model est capable de conjurer autant de puissance et de beauté dans une duck-face : Derek Zoolander ! Quinze ans après avoir envoyé Mugatu derrière les barreaux, Derek et son rival/meilleur ami Hansel, évincés de l’industrie de la mode suite à une terrible catastrophe, mènent des vies de reclus aux deux extrémités du globe. Mais lorsqu’un mystérieux assassin cible des pop-stars célèbres, les deux has-been des podiums se rendent à Rome pour reconquérir leur couronne de super mannequins et aider la belle Valentina, de la Fashion Police d’Interpol, à sauver le monde. Et la mode. Le premier épisode de la saga datait de 2002. Pourquoi tant de temps avant de pondre ce deuxième numéro ? Parce que le premier avait été un flop retentissant. Je ne l’ai pas vu, mais en voyant ces 102 minutes d’immense n’importe quoi, on comprend mieux.

Left to right: Ben Stiller plays Derek Zoolander, Owen Wilson plays Hansel and Penelope Cruz plays Valentina Valencia in Zoolander No. 2 from Paramount Pictures.

Tourné à Rome avec pour décors le Forum, le Panthéon, les Thermes de Caracalla, le Palais de Venise, le musée Macro, le Tibre, le Palais des Congrès… ce nanar grandeur nature, mais, reconnaissons-le, parfaitement assumé, nous propose une balade survoltée en « Absurdie ». En général, je ne déteste pas, mais trop c’est trop. Aussi sophistiquée que boursouflée, cette comédie repose en grande partie sur des effets spéciaux du genre hideux, et sur un humour tellement balourd que ça finit par peser des tonnes. Et puis l’hystérie nombriliste à haute dose, c’est plus que fatiguant, c’est épuisant. Avant que la nausée ne me reprenne, je dédierai mon César personnel aux invraisemblables costumes qui cherchent à créer un équilibre entre la vraie Haute Couture et la réalité absurde du monde dépeint dans le film. On a au moins quelque chose à ressortir de ce gloubi boulga insipide. Et je ne parle pas de la musique tonitruante et permanente de Théodore Shapiro : il y a des fessées qui se perdent.

will-ferrell-slips-zoolander-2-secrets

Ben Stiller nous gratifie de son numéro habituel. Et comme il se met en scène lui-même, il n’a aucune limite… hélas ! Ses comparses Owen Wilson et Penélope Cruz, tentent tant bien que mal de surnager… en vain ! Will Ferrel fait un énorme numéro et semble le seul à sortir le film de la totale médiocrité. Citons encore Kristen Wiig, Cyrus Arnold, Natha, Lee-Graham (tant pis pour eux… il n’avait qu’à pas venir) et bien sûr les apparitions en pagaille de Benedict Cumberbatch, Justin Bieber, Sting, Milla Jovovich, Susan Sarandon, John Malkovich, Kim Kardashian, Kate Moss, Lenny Kravitz, Susan Boyle,… et j’en ai sûrement raté. Le seul truc amusant qu’il reste durant cette projection, c’est d’essayer de les reconnaître. C’est vous dire l’intérêt de cet immense bazar.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s