L’Histoire du géant timide

Pearl Íoslainnis

geant-timide-

Décidément, quand l’Islande nous envoie un film, ce n’est pas pour rien. Après le formidable Béliers, c’est Dagur Kari qui nous propose ce drame intimiste absolument épatant. J’avoue humblement ne pas connaître les trois premiers films de ce réalisateur qui, visiblement,  avaient déjà reçu un très bon accueil, en tout cas celui ci est une perle venue du grand Nord. C’est l’histoire d’un géant timide, ou comment Fúsi, colosse maladroit, englué dans un quotidien morose, va bouleverser sa vie par amour… Chronique d’une tendresse inouïe, où l’on s’attache immédiatement au personnage totalement atypique de ce colosse au sourire d’enfant qui découvre l’amour en provoquant une immense sympathie. On sort de là heureux, attendri et bouleversé à la fois.   

géant

Passer 94 minutes en compagnie de Fúsi, 200 cm au garrot et sans doute pas loin du quintal et demi sur la balance, maladroit, sans doute ridicule, qui vit encore chez Maman à 43 ans, et qui, ô paradoxe, ne se passionne que pour les miniatures de la Seconde Guerre Mondiale, peut paraître une gageure impossible à tenir. Et pourtant, l’homme nous bouleverse d’entrée de jeu, et nous entraîne dans son monde morne et étriqué. Bien sûr le film ne tient qu’à un acteur génial, à la présence absolument unique. au jeu incroyablement naturel..  et au talent fou. C’est l’histoire d’une solitude aussi pesante que cruelle, qui aurait pu être insoutenable à regarder. Mais, très vite, on découvre que cet ours mal léché est bourré de générosité et d’altruisme, qu’il ne demande qu’à prendre son envol, mais qu’il est totalement étouffé par une timidité quasi maladive. Et c’est à ce lent envol que le scénario nous propose d’assister en toute simplicité, en observant au plus près cette boule de tendresse. Surprenant et admirable !

géant timide

Gunnar Jónsson est décidément un immense acteur, dans toutes les acceptions du terme. Présence incroyable, justesse et sobriété, il émane de cet homme une force tranquille et apaisante qui illumine le film qu’il porte de la première à la dernière seconde. Une révélation déjà reconnue par le Prix d’interprétation masculine à Marrakech. Je citerai volontiers Ilmur Kristjánsdóttir, Sigurjón Kjartansson, et la petite Franziska Una Dagsdóttir, dont vous oublierez très vire les noms quasi imprononçables, ce qui ne retire rien à leur talent. Tentez le voyage pour l’Islande, vous ne serez pas déçus.

Publicités

2 réponses à “L’Histoire du géant timide

  1. Felicitations pour ce post 🙂

  2. Tendresse et malaise , malaise devant les maladresses et méchancetés de son entourage
    Attendrissement devant ce monument d’amour , un moment de rencontre avec la pure générosité qui reste sur le fil de la caricature sans jamais y tomber
    Film moins puissant que Béliers mais un excellent moment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s