Ce sentiment de l’été

Deuil au soleil

ce-sentiment-de-l-ete-

C’est le premier film du cinéaste allemand, Mikhaël Hers, que je vois. Il en est également le scénariste. Au milieu de l’été, Sasha, 30 ans, décède soudainement. Alors qu’ils se connaissent peu, son compagnon Lawrence et sa sœur Zoé se rapprochent. Ils partagent comme ils peuvent la peine et le poids de l’absence, entre Berlin, Paris et New York. Trois étés, trois villes, le temps de leur retour à la lumière, portés par le souvenir de celle qu’ils ont aimée. Un des jolis films de ce début d’année. Original, solaire, un film sur le deuil qui parle surtout de la vie. A découvrir sans crainte !

CeSentimentDeLEte

Trois parties, trois villes, trois étés pour une renaissance à la vie de deux personnages touchants, émouvants et proches de nous. Ces 106 minutes sont faites de fragments de réalité, de bribes de vies qui nous parviennent sans que l’on puisse en saisir pleinement le sens. Le propos nous prouve que, même dans ses périodes les plus sombres, la vie doit rester lumineuse. Avec son jeu des 7 ressemblances, cette douce balade entre Berlin, New-York et Paris, on voit comment le temps agit sur les personnages en deuil… je cite le réalisateur qui a voulu filmer le travail du temps à l’oeuvre : voir comment il agit sur les personnages, parfois par strates successives presque imperceptibles, avec des moments de reculs, d’hésitations… d’autres fois par à coups, par basculements… Le mot clé ici est « imperceptible », la clé de ce scénario habilement elliptique et cette mise en scène tout en demi-teinte, en sensibilité, en délicatesse. Un film tellement loin des productions actuelles qu’il ne faut pas le rater.

ce-sentiment-de-l-ete-balade-en-musique-a-brooklyn

Anders Danielsen Lie, découvert dans deux films du danois Joachim Trier, crève l’écran tout comme la délicieuse Judith Chemla beaucoup trop peu employée dans le cinéma français. Marie Rivière, Féodor Atkine, Dounia Sichov, entre autres, complètent à merveille une distribution à l’image du film… délicate et poignante. Ne refusez pas de partager une émotion vraie et subtile. Laissez vous aller au voyage sur les traces de Lawrence et Zoé. Osez cette belle exploration des rapports humains. Le charme opère même s’il faut parfois savoir s’ennuyer un tout petit peu pour apprécier les belles choses.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s