Alaska

Rebelle et rebelle

alaska-il

Très occupé par la scénarisation de la série-télé Gomorra, Claudio Cupellini n’était pas revenu derrière la caméra depuis Une Vie tranquille en 2010. En tout cas, avec ce drame romantique, il frappe très fort. Fausto est italien, mais il vit à Paris et travaille comme serveur dans un grand hôtel. Nadine est une jeune Française de 20 ans, à la fois fragile et déterminée. Lorsque les deux jeunes gens se rencontrent par hasard sur un toit, ils se reconnaissent : fragiles, seuls et obsédés par une idée du bonheur qui semble inatteignable. Ils ne soupçonnent pas encore qu’ils vont s’aimer, se perdre, souffrir, se retrouver.125 minutes de haut-vol, du souffle, de l’intensité, un Roméo et Juliette très actuel.

ALASKA

Cinq années d’amour-passion entre deux laissés pour compte qui vont aller au bout de leurs rêves et de leur destin brutal et contrarié. Ce film, qui pourrait sembler banal de prime abord,  est servi à la fois, par un couple de comédiens emballants et une mise en scène virtuose qui nous plonge dans une sorte d’allégorie du monde actuel écrasé par l’obsession trompeuse pour la richesse. Afin de donner plus d’épaisseur à sa parabole, le cinéaste a poussé les deux amants à suivre un chemin à travers l’Europe, croisant de nombreuses intonations et diverses langues. De ce trajet vers un absolu socialement élevé mais illusoire, on veut nous montrer combien la quiétude, la sereine conscience de soi, arrivent à la fin comme un retour à la maison, un retour à ce sentiment puissant à partir duquel tout a commencé. C’est sûrement un peu trop long et répétitif, mais on se laisse emporter par ce maelstrom de sentiments parfois à la limite de l’hystérie, grâce à deux jeunes acteurs qui nous font croire à l’impossible.

alaska_1

Il s’agit Elio Germano et Astrid Bergès-Frisbey. Lui a été aperçu très à son avantage dans La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil et Suburra. Fiévreux, presque halluciné, il crève l’écran. Quant à la belle Astrid, après quelques rôles secondaires et une apparition plus que fade dans La Fille du Puisatier,  elle est la véritable révélation de ce drame. Valério Binasco, Roschdy Zem, Eléna Radonicich complètent avec talent la distribution. La mise en scène et l’interprétation finissent par nous faire apprécier une histoire pourtant déjà vue et revue. Du talent dans ce film pour peu qu’on aime les amours houleuses et tumultueuses.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s