Et ta sœur

… elle bat le beurre, et quand elle battra…

et ta

Je n’arrive pas à détester complètement le nouveau film de Marion Vernoux dont j’avais beaucoup aimé le récent Les Beaux Jours. Et pourtant, voilà 95 minutes de théâtre filmé du plus mauvais acabit. Tout pour réussir et à l’arrivée : rien ou presque. Pierrick est encore sous le coup de la disparition récente de son frère. Alors pourquoi ne pas accepter l’invitation de Tessa, sa meilleure amie, dans sa maison familiale afin de passer une semaine seul à méditer sur sa vie ? Mais à son arrivée, Pierrick trouve la maison déjà occupée par Marie, la demi-sœur de Tessa, venue y soigner une blessure amoureuse. Après une soirée très arrosée suivie de l’arrivée inopinée de Tessa elle-même, le trio va aller de situations délicates en révélations inattendues… Remake plus qu’inutile du film américain Ma meilleure amie, sa sœur et moi. C’est le grand vide et il n’est même pas sanitaire.

et ta so
Et je sais ce que je dis. En effet, quand on sait que c’est une capote trouée qui se trouve au centre du scénario, on voit à quel niveau on est tombés. A part ça, comme c’est du théâtre filmé, on a le droit à un huis clos… logique ! Et les jolies balades en bord de mer n’y font rien, on a du mal à s’aérer. Ça se veut sensible et attachant, c’est seulement racoleur. On a peu d’empathie pour les personnages, et puis les adultes immatures, les « adulescents », on commence à en avoir un peu ras la casquette. Le triangle amoureux n’en finit pas de boire, et de bavasser jusqu’à éreintement… du spectateur. Les thèmes abordés, la maternité, l’homosexualité, les non-dits familiaux, sont simplement survolés tout comme le scénario lui-même qui relève de l’indigent. Alors, me direz-vous, comment expliquer ma toute première phrase ?

et ta s

Eh bien, ce trio d’acteurs englués dans le néant me reste sympathique. Grégoire Ludig, Virginie Efira et Géraldine Nakache, font ce qu’il peuvent et le font plutôt bien… ça tient du miracle. Lui, pour un premier grand rôle s’en sort avec les honneurs. Quant au duo des frangines, il est épatant, drôle et parfois touchant. Elles parviennent même à apporter un peu de subtilité dans ce vaudeville aussi navrant qu’insipide… une performance. Donc voilà, si vous me trouvez sévère, c’est que je regrette que Marion Vernoux, si inspirée d’habitude, soit tombée si bas en entraînant dans sa chute des comédiens qui ne le méritaient pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s