Le goût des merveilles

Savoir regarder les nuages

Le goût des merveilles 2

Eric Besnard, qui a pourtant la déplorable habitude de faire dans le juste acceptable (Mes Héros, L’Italien) ou le franchement navrant (600 kg d’or pur, A l’aveugle, Entre amis) nous propose enfin un joli film avec cette comédie poétique décalée et solaire. Au cœur de la Drôme provençale, Louise élève seule ses deux enfants et tente de préserver l’exploitation familiale. Un soir, elle manque d’écraser un inconnu au comportement singulier. Cet homme se révèle vite différent de la plupart des gens. Et sa capacité d’émerveillement pourrait bien changer la vie de Louise et de sa famille.100 minutes de douceur, de drôlerie et de tendresse. Pas mal pour cette fin d’année.

Le goût des merveille

Sensibilisé par sa femme psychologue, le réalisateur s’est documenté sur l’autisme et au fil de ses recherches, il s’est vite rendu compte qu’une personne atteinte du syndrome d’Asperger pourrait lui permettre de travailler sur différents thèmes lui tenant à cœur. Il réussit à rendre plausible un personnage qui est à la fois hypersensible, très proche de la nature et un génie mathématique. Face à cet homme incapable de communiquer, une femme qui ne parvient pas à faire son deuil et qui va redécouvrir le bonheur de façon inattendue. Entre eux, deux enfants qui vont devoir apprendre à vivre avec un homme qui est honnête, franc, direct, sans intérêt pour l’argent et qui ne ment jamais. Bref, un extraterrestre ! Au-delà de l’intérêt original de ce scénario, on a le droit aux paysages magnifiques et du Vaucluse puisque le tournage a eu lieu à Nyons, Montélimar, Piégon, et le village de Villedieu, un écrin de lumière, chaleur et beauté qui sont trois des caractéristiques de ce film.

Le goût

Alors donc, une comédie romantique bien écrite et qui sort de l’ordinaire, joliment réalisée et très bien jouée. Virginie Efira, décidément une actrice très attachante car toujours sobre et juste, vient une spécialiste du genre. Benjamin Lavernhe, (from the French Comedy) est une véritable révélation au cinéma. Un vrai régal dans le rpole de cet autiste qui tombe amoureux. Les deux enfants Lucie Fagedet et Léo Lorléa’ch, sont tout simplement épatants. Tous les seconds rôles bien campés par des acteurs solides comme Laurent Bateau, Hervé Pierre, Hiam Abbas… Sensible mais sans sensiblerie, toujours souriant mais évitant la pochade, traitant de vrais problèmes graves (le deuil, la famille, la maladie) mais en évitant tous les clichés, cette catharsis solaire est une très belle surprise. Un cadeau à vous faire en cette fin d’année.

Publicités

Une réponse à “Le goût des merveilles

  1. Un moment de bonheur dans des paysages tellement beaux , une vrai vie lumineuse et …difficile et un pari audacieux , un rôle d’autiste superbement joué
    Miracle !!… Il n’y a aucune violence , aucune perversité , juste un partage de vie avez ses difficultés et ses petites joies
     » le bonheur est dans le pré cours y vite , cours y vite ….. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s