Mia Madre

Tout simplement superbe

Shots from "Mia Madre"

Encore une merveille signée par l’immense Nanni Moretti ! Le réalisateur génial d’Habemus Papam ou de La Chambre du fils était encore une fois à Cannes pour y recevoir, cette fois, le Prix du jury œcuménique. 107 minutes d’une comédie dramatique absolument formidables. Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé : sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable… Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail et sa famille ? Une mise en abyme éclatante d’autodérision et de talent pur. L’émotion emporte tout sur son passage sans oublier les moments de drôlerie… la vraie vie en quelque sorte !

Shots from "Mia Madre"

Une réalisatrice de film en pleine tourmente qui s’interroge sur sa vie et sur son rapport au cinéma. Forcément, la tentation d’un parallèle avec Nanni Moretti lui-même est forte, d’autant plus que le cinéaste a souvent tenu au fil des années le rôle principal de ses films, reflet de ses propres angoisses. Lassé de l’expérience, il a fait appel ici à une actrice chevronnée mais reconnait à Mia Madre quelques côtés personnels. Afin de ne pas rester collé à la surface du réel, il a choisi de mélanger les temporalités, le rêve et le concret. Il ne fait pas qu’évoquer son rapport au cinéma, il parle aussi du deuil de sa mère, morte en 2010 après avoir été pendant 33 ans enseignante. Afin de donner plus de profondeur à l’histoire, le cinéaste s’est replongé dans le journal intime qu’il tenait lors de sa mort. Moretti nous offre en plus une bande-son somptueuse avec des musiques d’Arvo Pärt, Philip Glass ou Nino Rota…

mia-madre-photo-551422137cd49

Margherita Buy incarne donc l’alter-ego du réalisateur et porte le film d’un bout à l’autre avec une sobriété et une justesse totales. Une immense actrice! John Turturro apporte une touche hilarante avec son numéro de star capricieuse sur le déclin… quel numéro ! Nanni Moretti, qui joue dans tous ses films, est lui l’incarnation du calme et de la sagesse. Giulia Lazzarini, grande vedette du théâtre italien, campe la mère mourante avec force et tendresse. Enfin à noter la composition de la jeune Béatrice Mancini, pleine de promesses. Intense, émouvant, onirique, pudique, intelligent… on ne tarit pas d’éloges pour un des plus beaux films de 2015 !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s