Crimson Peak

Des larmes de sang

crimson-peak-tom-hiddleston-3-1500x844

Guillermo del Toro, grand spécialiste des effets spéciaux s’il en est, invente ici un nouveau concept, le film d’épouvante romantique. Il nous a donné l’habitude avec ses films espagnols comme L’Echine du diable ou Le Labyrinthe de Pan, de maîtrise voire de perfection à la fois dans le scénario et la splendeur des images. Ces 120 minutes ne sont pas en reste. Au début du siècle dernier, Edith Cushing, une jeune romancière en herbe, vit avec son père Carter Cushing à Buffalo, dans l’État de New York. La jeune femme est hantée, au sens propre, par la mort de sa mère. Elle possède le don de communiquer avec les âmes des défunts et reçoit un étrange message de l’au-delà : « Prends garde à Crimson Peak ». Une marginale dans la bonne société de la ville de par sa fâcheuse « imagination », Edith est tiraillée entre deux prétendants: son ami d’enfance et le docteur Alan McMichael. On peut avoir peur durant ce film de genre mais on est surtout subjugué par la beauté inouïe des décors, des costumes et des éclairages et le talent des acteurs. Une merveille du genre !

crimson_peak_still

Voilà donc un pur produit de l’horreur gothique avec des accents hitchkockiens très prononcés… on ne peut s’empêcher de penser à l’inoubliable Rebecca et à l’univers de Daphné du Maurier. Le tournage a eu lieu  dans les villes de Kingston et Hamilton, en Ontario au Canada, mais également dans des studios de Toronto. La maison de Crimson Peak, personnage à part entière de l’histoire, a été entièrement fabriquée pour les besoins du film. Sa construction a nécessité six mois de travail avant le tournage. Certains meubles ont été construits en différentes tailles de sorte à ce que lorsqu’un personnage est en état de faiblesse, le mobilier grossit, et dans le cas contraire,  il rétrécit. Voici quelques exemples du souci des détails apporté par Guillermo del Toro à sa production et qui justifie le budget de 55 millions de dollars. Le film s’articule autour de deux chapitres distincts. La première partie se passe aux États-Unis où tout est or, sépia et teintes tabac : les couleurs du progrès et de la vie. Quand on se rend à Crimson Peak, tout devient sombre et froid, et terrifiant. Tout concourt donc a faire de ce film de genre une quasi perfection. Du grand cinéma.

2449_CC_00063R_2040.0

Côté casting, là aussi, on tutoie les sommets. Mia Wasikowska, fragile et déterminée, côtoie les fantômes avec une aisance désarmante. Tom Hiddleston et Jessica Chastain forment un couple complexe constamment entre charme vénéneux et duplicité glaçante. Un trio d’acteurs remarquables qui nous emporte aux limites du respirable. Citons encore Charlie Hunman, Jim Beaver, Burn Gorman ou Leslie Hope qui complètent une distribution parfaite. Si l’on aime le cinéma il ne faut pas rater ce conte noir fascinant, entre hommage aux films de la Hammer et ceux de Mario Bava, qui mêle des thèmes aussi surprenants que les romances interdites, l’amour des fantômes et la compassion pour les monstres. Osez une plongée dans l’univers de del Toro, vous ne le regretterez pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s