Par accident

Paranoïa

maxresdefault (6)

Encore un premier film, encore un film de femme sur les femmes… encore un bon film français. Il est signé par Camille Fontaine, une nouvelle venue qu’il faudra suivre attentivement. Un soir, Amra, une jeune algérienne installée en France, renverse accidentellement un piéton. Celui-ci reste entre la vie et la mort. Ravagée par la culpabilité et la certitude qu’elle n’obtiendra jamais ses papiers français, elle est miraculeusement innocentée par Angélique, une belle rousse aussi libre et décomplexée qu’Amra est sauvage et introvertie. Les deux jeunes filles deviennent amies. Mais l’attitude d’Angélique devient de plus en plus étrange, voire inquiétante… 84 minutes de paranoïa galopante menées de main de maître par un trio d’acteurs remarquables. Une découverte et une belle surprise.

maxresdefault (5)

C’est en croisant un appel à témoin écrit sur une feuille de papier froissée que Camille Fontaine a eu l’idée du film. L’image a inspiré la scénariste qui est passée à l’écriture presque dix ans après les faits, animée d’une volonté de donner à ce mystérieux appel une histoire fictionnelle. Commencer le récit par l’accident de voiture afin de faire connaitre les personnages par le biais de l’action. s’avère sans doute le moyen plus efficace de révéler les caractères des deux femmes marquées par la précarité sociale et humaine. Même si ce film a des faux airs de thriller, c’est bien l’aspect social qui est au centre du scénario. On pense volontiers à  Harry, un ami qui vous veut du bien, Hitchcock n’est pas loin… ce n’est pas un mince compliment.

Camille-Fontaine-Avec-Par-Accident-je-voulais-installer-un-thriller-sur-la-base-d-un-film-social_portrait_w532

Ce n’est sans doute pas un hasard si Hafsia Herzi vient de chez Abdellatif Kechiche et Emilie Dequenne, de la « planète » Dardenne. En tout cas la rencontre de ces deux tempéraments très différents s’avère passionnante. Ce sont des filles qui existent tout de suite, auxquelles on croit. Mais la vraie révélation du film c’est Mounir Margoum, juste, sobre et qui affirme une vraie présence entre ces deux énormes personnages féminins. Une approche simple, quasi naturaliste d’une histoire haletante joliment accompagnée par la musique de Christophe et une belle mise en images. Faux-semblants, mensonges, manipulations et frissons au rendez-vous d’un premier film d’une réalisatrice à suivre de toute urgence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s