Much loved

« La beauté qui est en toi »

much-loved-cannes-film-festival-4

C’était le premier titre de ce magnifique drame écrit et réalisé par le franco-marocain, Nabil Ayouch ( My Land, Les chevaux de Dieu ). Et disons-le d’emblée, il a tout bon, scénario, mise en scène, directions d’acteurs… et courage. Marrakech, aujourd’hui. Noha, Randa, Soukaina et Hlima vivent d’amours tarifées. Ce sont des prostituées, des objets de désir. Vivantes et complices, dignes et émancipées, elles surmontent au quotidien la violence d’une société qui les utilise tout en les condamnant. Noir et parfois cruel, l’émotion vient de l’humanité des personnages et fait de ce film foisonnant un moment magnétique et fascinant. 

Menaces-de-mort-et-censure-Much-Loved-un-film-qui-fait-polemique_portrait_w858 (1)

Au lieu de réaliser un documentaire, Nabil Ayouch a préféré faire une fiction. Il ne s’agit pas d’imposer un point de vue dans son film, mais seulement montrer la réalité.  Bien qu’il ait tenté de s’approcher le plus possible d’une forme de naturalisme qui donne à voir ce qu’est réellement la vie de ces femmes, le film est une vraie fiction? C’est évidemment un film sur la prostitution, mais surtout le portrait de quatre femmes. Ces prostituées sont des personnages tragiques, car conscientes de leur rôle de catalyseur des frustrations de la société mais elles ne sont pourtant pas des victimes. Aussi, le film ne tombe-t-il jamais dans le pathétique, le tragique ou le misérabilisme, bien au contraire, ces femmes, représentent un paradoxe du monde arabe : en dépit des inégalités entre les hommes et les femmes, elles restent maîtresses du foyer et dominent les hommes. Un grand film politique, réaliste et crû qui évite avec bonheur d’être moralisateur.

Menaces-de-mort-et-censure-Much-Loved-un-film-qui-fait-polemique_portrait_w858

Comme Abdellatif Kechiche, son mentor, Ayouch place les comédiens au cœur de sa mise en scène. Ici, les actrices ne sont pas des professionnelles !!! Et pourtant, Loubna Abidar, (une véritable révélation), Asmaa Lazrak, Halima Karaouane, Elmhamdi Elalaoui, Abdellah Didane, et les autres sont absolument formidables. Après la diffusion d’un premier extrait sur Internet, Much Loved et son équipe ont été la cible de condamnations particulièrement violentes, avant d’être finalement censuré au Maroc, car, selon le gouvernement, il comporte un outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine et une atteinte flagrante à l’image du royaume. Par ailleurs on apprend que Nabil Ayouch, qui a même défié l’interdit en le projetant en juin 2015, devant des étudiants de Rabat, à l’occasion d’une conférence sur la liberté d’expression, ne sort plus sans protection policière et que l’actrice principale, Loubna Abidar, a reçu des menaces de mort après la diffusion de son adresse sur la Toile. Ne pas rater ce film nécessaire qui sublime l’obscénité et rend le sordide quasi cocasse… une performance !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s