Lamb

L' »Incompris » éthiopien.

lamb

Un film éthiopien… ça ne se rate pas. En tout cas, ça intrigue. Alors que penser maintenant de ces 94 minutes réalisées par Yared Zeleke ? Ephraïm, un garçon de neuf ans, vit avec sa brebis Chuni dans les terres volcaniques d’Éthiopie. Lorsque sa mère meurt lors d’une famine, son père l‘envoie, accompagné de sa brebis, chez des parents éloignés dans une région plus verte du pays, loin de leur terre natale dévastée par la sécheresse. Dans ce nouvel environnement, Ephraïm a le mal du pays. Son oncle lui ordonne d’abattre sa brebis pour une fête à venir. Il élabore alors un stratagème pour sauver Chuni et retourner chez lui. Entre conte et documentaire, le film m’a un peu laissé sur ma faim. Sans doute parce que  l’intrigue ne semble qu’un prétexte pour nous faire pénétrer les us et coutumes de l’Ethiopie rurale et traditionnelle. C’est beau, parfois émouvant, mais pas assez convaincant.

lamb_06

Comme le personnage principal, le metteur en scène  a été élevé en Ethiopie par des femmes ayant de fortes personnalités.  Comme lui, il préférait rester dans la cuisine, pour préparer les repas avec sa grand-mère, plutôt que d’aller jouer au football avec les jeunes de son âge. Lorsqu’il avait 10 ans, le chaos dans lequel le pays s’enfonçait l’a séparé de sa famille et de sa terre natale. C’est donc un tendre roman d’apprentissage, semi-autobiographique, imprégné par le chagrin, le courage et l’humour qui caractérisent la vie du pays. Poétique et réaliste à fois, ce fable devrait être diffusée en milieu scolaire pour lequel elle me paraît tout à fait adaptée. Pour ma part, j’ai surtout été sensible à l’aspect documentaire, le côté intrigue m’a, par contre, beaucoup moins touché. L’ensemble plonge un peu trop dans les clichés du world cinéma très en vogue actuellement.

lamb (1)

L’enfant, Rediat Amare, est stupéfiant de vérité et d’aisance. Tout le petit monde qui s’agite autour de lui et sa brebis est riche en personnages hauts en couleur. On apprend beaucoup de choses sur le quotidien de ce pays africain, qui, comme beaucoup d’autres, est frappé par la misère, les dérèglements climatiques. On se repaît des magnifiques paysages mais on est parfois à deux doigts de plonger dans le dépliant touristique et le document ethnographique, au point d’en oublier l’histoire touchante mais un peu convenue qui sert de trame à ce beau voyage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s