Boomerang

Mémoire enfouie


maxresdefault
Adaptation d’un roman à succès de Tatiana De Rosnay, François Favrat nous offre 100 minutes entre chronique familiale et thriller parfaitement respectables et maîtrisée et qui valent vraiment d’être vues. Boomerang : nom masculin, arme de jet capable en tournant sur elle-même de revenir à son point de départ… En revenant avec sa sœur Agathe sur l’île de Noirmoutier, berceau de leur enfance, Antoine ne soupçonnait pas combien le passé, tel un boomerang, se rappellerait à son souvenir. Secrets, non-dits, mensonges : et si toute l’histoire de cette famille était en fait à réécrire ? Face à la disparition mystérieuse de sa mère, un père adepte du silence et une sœur qui ne veut rien voir, une inconnue séduisante va heureusement bousculer la vie d’Antoine.  Suspense bien mené, ambiance hitchkockienne, on se laisse prendre volontiers d’autant que l’interprétation est au top.

XVMa794f2c4-6074-11e5-906e-a6e6fc4a64cb

L’île de Noirmoutier est un personnage à part entière du film est offre un cadre parfait à la quête de vérité du héros, qui n’est pas tout à fait un homme, car il trimballe en permanence avec lui une douleur profonde venant de la mort de sa mère survenue brutalement quand il était enfant. Cette tragédie et les non-dits au sein de sa famille l’empêchent d’évoluer et de devenir adulte. Il vit comme une thérapie le fait de tenter d’éclaircir les zones d’ombres du passé. On pense à l’excellent film argentin Dans ses yeux dans lequel, également, on rouvre une enquête vieille de 20 ans, et ça ne se passe pas sans douleur. C’est intense, angoissant et palpitant de bout en bout et servi à la perfection par les acteurs.

14_copyright-2014_Les-Films-Du-Kiosque_Photo-Thibault-GrabherrOn retiendra la performance de Laurent Lafitte, qui sait tout faire, mais qu’on peut enfin admirer dans un rôle dramatique. On notera aussi les excellentes Mélanie Laurent et Audrey Dana, sobres et justes, ainsi que Wladimir Yordanoff, en père torturé, et la participation de la revenante Bulle Ogier. Une mention pour la jeune Angèle Garnier… on en reparlera. Du bon cinéma français avec une histoire forte, une belle mise en scène et, je me plais à le répéter, un casting +++.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s