La face cachée de Margo

Jeu de pistes

282163.jpg-c_640_360_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Ce film est l’adaptation cinématographique du roman pour jeunes adultes Paper towns de John Green (à qui l’on doit également Nos étoiles contraires) paru en octobre 2008. C’est Jake Schreier (auquel on doit le sympathique Robot and Franck en 2012) qui a réalisé cette comédie romantique sympathique qui ne révolutionnera pas le genre du film pour préado. L’histoire de Quentin et de Margo, sa voisine énigmatique, qui aimait tant les mystères qu’elle en est devenue un. Après l’avoir entraîné avec elle toute la nuit dans une expédition vengeresse à travers leur ville, Margo disparaît subitement – laissant derrière elle des indices qu’il devra déchiffrer. Sa recherche entraîne Quentin et sa bande de copains dans une aventure exaltante à la fois drôle et émouvante. Pour trouver Margo, Quentin va devoir découvrir le vrai sens de l’amitié… et de l’amour. Sans doute n’ai-je plus, et depuis longtemps, l’âge de la cible visée par ces 113 minutes qui, certes, n’ennuient pas mais ne passionnent pas non plus, sauf son public bien spécifique. Du vrai cinéma pop-corn !

Elle-creve-l-ecran-dans-La-face-cachee-de-Margo

L’histoire, dont le tournage a eu lieu en Caroline du Nord, est racontée du point de vue de Quentin. C’est avant tout une histoire d’amour entre deux personnages aux caractères bien différents mais qui vont peu à peu être amenés à découvrir l’univers de l’autre . Quentin aime Margo mais il la met sur un piédestal et ne la voit peut-être pas comme elle le voudrait. Le personnage de Margo a été inspiré au romancier par une connaissance de sa jeunesse qui, un jour, a gagné 100 dollars sur un pari en sautant dans un train de marchandises qui l’a transporté de l’Alabama jusqu’au Tennessee. Il a ensuite dû payer bien plus de 100 dollars pour rentrer en bus ! C’était le genre de personne prête à tout pour gagner un pari, même à perdre de l’argent. Le film commence comme une comédie romantique et se transforme progressivement en quelque chose de très différent. C’est un film sur l’amitié, la manière dont nous communiquons les uns avec les autres et dont nous percevons ceux qui nous entourent, un film sur les jeunes d’aujourd’hui, qui ont parfois le sentiment que leur identité se limite à l’image qu’ils véhiculent. Ça c’est l’analyse de l’adulte que je suis, mais sûrement pas celle du public d’hier soir, et dont j’étais, et de loin, le doyen, qui y aura vu une aventure qui tourne au road-movie initiatique réservé à des personnages qui leur ressemblent.

nat-wolff-et-cara-delevingne-un-duo-bientot

Premier grand rôle pour la jeune Cara Delevingne, (enfin pas tant que ça, elle a déjà 22 ans) à la fois fragile, vulnérable et sauvage, elle est remarquable, mais, soyons honnêtes, on la voit très peu car le véritable héros est incarné par Nat Wolf. Pour moi, c’est lui la véritable révélation de ce casting. Ils sont accompagnés agréablement par les jeunes Halston Sage, Austin Abrams et Meg Crosbie. Pour résumer, un joli petit film, bien réalisé et bien joué, mais sans trop de relief ni une ombre de transgression. La seule surprise nous vient de l’épilogue aussi amer qu’inattendu. Réservé aux 15/20 ans sans pour autant ennuyer les autres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s