Vive les vacances

Navet majuscule

maxresdefault

Comment peut-on réaliser pareil nanar ? Comment peut-on faire aussi vulgaire ? Comment, curieusement, peut-on gâcher autant de bonnes idées ? J’avoue ne pas comprendre. Pour plus de renseignements, veuillez vous adresser à John Francis Daley, il doit avoir les réponses, puisqu’il réussit une des performances du moment en nous offrant (merci beaucoup, il n’y a vraiment pas de quoi !) une des plus mauvaises comédies vues depuis longtemps. Suivant l’exemple de son père, dans l’espoir de renouer des liens familiaux longtemps distendus, Rusty Griswold père fait une surprise à sa femme Debbie et à leurs deux fils, en leur proposant de repartir à Walley World, réputé comme « le parc d’attraction préféré des familles américaines ». Mais pour y parvenir, ils devront traverser le pays tout entier. Donc, à l’arrivée, un road-movie tellement nul que ça dépasse l’imagination. C’est quand même dur de contempler le vide sidéral pendant 98 minutes… ça donne le vertige !

EMI_135749

Cette insulte au 7ème Art a tout de même coûté la bagatelle de 31 millions de dollars. Pour une cascade, des décors naturels et des acteurs pitoyables qui nous jouent un remake aux confins du ridicule des Chargeurs réunis le retour II la vengance, ça fait cher de la minute. J’apprends que ce film (si l’on peut dire) fait partie d’une franchise intitulée Vacation dont le troisième volet répond au titre poétique de Le Sapin a les boules… C’est vous dire le niveau et la classe de la production. Et pourtant, ça fourmille de petites, mais bonnes idées. Mais aucune n’est suivie, développée, aboutie. Le scénario passe systématiquement à côtés de tous ses gags. Alors ce n’est pas lourd, c’est éléphantesque, c’est au delà du trash, ce n’est jamais allusif, c’est frontal, on se vautre dans la m… au propre (si je puis dire) comme au figuré. C’est un premier film, je prie les Dieux du cinéma pour qu’il n’y en n’ait pas d’autre.

1894522-bandeannonce-du-film-vive-les-vacances-600x315-1

Côté casting, on ne connait pas grand monde en France… et tant mieux. Les parents Ed Helms (Very Bad Trip) et Christina Applegate pourraient faire illusion si on leur donnait quelque chose d’intelligent à faire ou à dire. Les jeunes Skyler Gisondo et Steele Stebbins sont insupportables mais pas autant que Chris Hemsworth et Leslie Mann qui atteignent des sommets rarement atteints dans la nullité. Bref une affiche au niveau du film… plus que bas. J’entends parler ici ou là de crétinerie assumée ou d’humour pimentée ??? C’est ce qui s’appelle prendre des gants avec un des navets de l’année. Cela dit, les gants permettent au moins de ne pas se salir. Amis cinéphiles, passez votre chemin et partez sans vous retourner.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s