Tragédies

Mieux vaut en rire

C’est bientôt la rentrée pour les scolaires, pour les parents, pour les Français de tous poils. Et avec la rentrée, son éternel cortège de bonnes et mauvaises nouvelles. Du côté de L’Elysée, le menu est indigeste et la soupe amère. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient encore. Comme personne n’en parle, je présume que les baisses d’impôts annoncées sont effectives, sinon François II le Corrézien aurait droit à une nouvelle volée de bois vert. A remarquer que quand quelque chose fonctionne, on ne tresse jamais de lauriers… le Français aime râler et il est presque déçu quand on lui retire une occasion de le faire. Qu’il se rassure, ça va venir !

193RENTREE

La filière porcine nous rejoue à sa manière une nouvelle version des Trois petits cochons. A droite, on espère très fort, « Nico la loose » en tête, que ça ne se calmera pas. Il y a des élections dans trois mois et tout est bon (dans le cochon) pour attiser les mécontentements. Ce qui ressort des derniers événements du côté de Plérin et d’ailleurs, c’est qu’il y a un bon nombre d’intermédiaires qui refusent obstinément de lâcher leur bout de gras. Les victimes sont aux deux extrémités de la filière : les producteurs et les consommateurs… entre les deux, Cooperl et Bigard en tête, on se gave et, même pris la main dans le sac, on s’accroche à son os à ronger.194COCHONS

Au FN, on nous rejoue Bérénice, (en grec : celle qui porte la victoire), le talent de Racine en moins. Quand Titus y rappelle la loi romaine qui lui interdit d’épouser une reine étrangère, il le fait en ces termes :

Rome, par une loi qui ne se peut changer,
N’admet avec son sang aucun sang étranger,
Et ne reconnaît point les fruits illégitimes
Qui naissent d’un hymen contraire à ses maximes.

(Explication de texte… vous avez trois heures.)

C’est beau comme du Le Pen. Mais si Racine ne se démodera jamais, on commence vraiment à se lasser de la tragédie lamentable qui se joue depuis des mois entre le roi des révisionnistes procéduriers et sa fille qui a tout lu Freud mais qui n’a rien compris. Quand on voit comment elle et ses conseillers gèrent leur propre parti, on frémit à l’idée qu’ils arrivent un jour aux commandes de l’Etat !

195MARINE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s