Un moment d’égarement

40 ans après

7778842245_francois-cluzet-et-vincent-cassel-sont-reunis-pour-la-premiere-fois-dans-une-comedie

Remake inutile du film éponyme écrit et réalisé par Claude Berri en 1977 (c’est d’ailleurs le fils de ce dernier, Thomas Langmann, qui est le producteur du projet), cette comédie de Jean-François Richet, (bien loin des deux volets de Mesrine de 2008), est égale à ce qu’on pouvait en attendre. 105 minutes ni pires ni meilleures que beaucoup d’autres films qui visent le public estival. Antoine et Laurent, amis de longue date, passent leurs vacances en Corse avec leurs filles respectives : Louna, 17 ans et Marie, 18 ans.  Un soir sur la plage, Louna séduit Laurent.  Louna est amoureuse mais pour Laurent ce n’est qu’un moment d’égarement… Sans dévoiler le nom de son amant, elle se confie à son père qui cherche par tous les moyens à découvrir de qui il s’agit. Combien de temps le secret pourra-t-il être gardé … Une version convenue d’un Sea, sex and sun franchouillard mais efficace.

Un-moment-dégarement

Le film traite donc du désir que les jeunes peuvent éprouver vis-à-vis de leurs aînés et comment ces derniers peuvent appréhender une quelconque relation avec eux, avant d’y céder. (Un thème déjà présent dans des films tels que Amitiés sincèresPerfect Mothers ou 20 ans d’écart). Remake oblige, les personnages ont dû être modernisés et ancrés dans notre époque contemporaine pour cette rencontre de la force (Louna), et de la faiblesse (Laurent). C’est elle qui maîtrise la situation et tire les ficelles, sans doute parce que son désir d’amour est finalement assez pur. Heureusement les personnages ne sont pas jugés, aucune morale pesante ne plombe le film grâce à la patte de la coscénariste Lisa Azuelos. La meilleure idée de Richet est d’avoir eu recours aux idées et à la sensibilité féminine qui parle d’amitié, d’amour et de sexualité avec tact et surtout du désarroi des hommes face à des enfants qui grandissent trop vite. Ça sauve les meubles et pas qu’un peu, croyez-moi ! Mais ce sont les comédiens qui sauvent totalement le bateau du naufrage.

1280x720-zOM

Pas facile de remplacer Jean-Pierre Marielle et Victor Lanoux. Alors on a fait appel à du lourd avec Vincent Cassel, impeccable dans un registre inhabituel et François Cluzet, qui en fait des tonnes dans le rôle du père aveugle et outragé. Le film de 77 avait révélé Agnès Soral, on souhaite la même chance à la très jolie et talentueuse Lola Le Lann, (pas moins de 700 jeunes filles avaient auditionné pour ce rôle !) Alice Isaaz est également très juste. Citons Philippe Nahon et Annelise Hesme qui complètent la distribution. Encore une fois, c’est un petit film dont le seul enjeu semble être plus commercial qu’autre chose. Mais je m’attendais à une telle catastrophe que somme toute, c’est presque une bonne surprise.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s