Une seconde mère

Pérola do Brasil

seconde-mere-4ad0-diaporama

A part notre bijou hexagonal, Comme un avion, de l’excellent Bruno Podalydès, qui suit son chemin pavé de bons chiffres au box office, la vérité en matière de cinéma nous vient décidément de loin ce mois-ci. Après la Colombie, la Chine, la Turquie, voici la comédie dramatique de Anna Muylaert qui nous vient du Brésil pour nous enchanter. Depuis plusieurs années, Val travaille avec dévouement pour une famille aisée de Sao Paulo, devenant une seconde mère pour le fils. L’irruption de Jessica, sa fille qu’elle n’a pas pu élever, va bouleverser le quotidien tranquille de la maisonnée… 112 minutes de pur bonheur et de grâce en compagnie d’une immense actrice, Regina Casé.

maxresdefault (1)

La cinéaste a débuté l’écriture du scénario lorsqu’elle est devenue maman, il y a vingt ans de cela. C’est là qu’elle a pris conscience que la plupart des femmes au Brésil engagent des nounous pour s’occuper de leurs enfants tandis qu’elles travaillent. Or, ces nounous ont elles-mêmes des enfants qu’elles ne peuvent élever. Cette situation récurrente au Brésil met en évidence le paradoxe de l’éducation qui règne dans le pays. Le film se concentre d’abord sur la relation employeur/nounou sur un ton léger puis adopte un style plus réaliste, sans pour autant tomber dans les clichés. En écho à la situation politique du pays en pleine mutation, le choix a été de mettre en exergue les changements notables de la société brésilienne. Mais le conflit ne s’installe pas là où on l’attend mais entre Val et sa fille Jessica qui  incarnent deux générations différentes. La première respecte les traditions anciennes et accepte d’être considérée comme une « citoyenne de seconde classe » comme lui reproche sa fille. Jessica elle, est plus libre, assume ses opinions et revendique son statut de citoyenne plutôt que de le subir. Malgré cette description un peu austère, ce n’est ni un film militant, ni un film à thèse, mais avant tout une comédie douce-amère, sensible et chaleureuse. Et puis quelle interprétation !

244821

Regina Casé, ( 61 ans) très connue au Brésil pour sa carrière théâtrale, est parfaitement éblouissante. Elle porte le film de bout en bout, irrésistible de drôlerie et de tendresse, elle vaut à elle seule de courir voir ce pur bijou. A ses côtés, le casting est sans faille avec Michel Joelsas, Camila Mardila, Karine Teles, Lourenço Mutarelli, Héléna Albergana, tous parfaits et superbement dirigés par une réalisatrice qui, pour son premier film, promet beaucoup. D’ailleurs, le tandem mère fille a reçu un double prix d’interprétation au Festival de Sundance. Un seul bémol (mais qui ne retire rien à tout ce que je viens de vous dire) : cette affiche ridiculement niaise qui ne donne aucune idée de la qualité de ce film à ne pas rater.

Publicités

Une réponse à “Une seconde mère

  1. Une pépite brésilienne ! Une actrice qui se bat , gouverne et règne par l’amour maternel , le tout sur fond de soumission sociale parfaitement calculée et utilisée
    Elle crève l’écran , exalte les « bons  » et écrase les mauvais insectes !……

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s