A love you

Le romantisme existe-t-il toujours ?

a-love-you-photo-551c17d2f2893

Et en avant le road-movie entre potes ! Je ne sais pas si c’est l’air des vacances, mais le cinéma a tendance à beaucoup prendre la route en ce moment. Ce ne sont pas ces 90 minutes signées, réalisées, coproduites et jouées par Paul Lefèvre qui changeront grand chose à l’histoire du cinéma français, mais bon, on a vu tellement pire que je serai enclin à l’indulgence. Il fait trop chaud pour se mettre vraiment en colère. Suite à une soirée trop arrosée et une nuit inoubliable avec une inconnue, Manu se réveille seul avec un message sur son bras lui donnant rendez-vous à Avignon. Persuadé qu’il s’agit de la femme de sa vie, il est prêt à tout pour la retrouver. Manu embarque, malgré lui, son pote Fred sur la route. Ce qui semblait être une simple virée entre amis va vite tourner à la catastrophe… Ce n’est pas un film d’amour, mais un film qui parle d’amour et même  avec cette question centrale voire existentielle : Le romantisme existe-t-il toujours ? C’est gentiment foutraque, gentiment réalisé et gentiment interprété. Bref un film gentil… et puis c’est tout !

a-love-you-antoine-gouy-paul-lefevre

A l’heure où les rapports entre les gens sont faussés par les réseaux sociaux. traiter des thèmes de l’amitié et de l’amour pouvait paraître une bonne idée. Le postulat qui consistait à priver les deux personnages du soutien de la technologie : les isoler, les déposséder de leur portable et donc de les obliger à sortir des rencontres formatées était intéressant. Avoir comme ligne directrice principale que chaque rencontre apporte une vision différente de l’amour au fil des croisements avec  différents personnages particuliers, incarnant chacun un rapport bien spécifique à l’amour était évidemment une belle idée avec par exemple un chauffeur routier refoulant son homosexualité, un quadragénaire misogyne cachant une blessure sentimentale derrière une boulimie de sexe ou encore un couple de seniors incarnant l’amour au long cours… Comme vous le voyez les bonnes idées ne manquent pas. Mais l’ensemble tourne rapidement au film à sketches avec ses qualités et ses défauts, des très bons moments et des coups de mou. Mais, en fin de compte, si on veut bien fermer les yeux (… ennuyeux au cinéma) sur les grosses invraisemblances du scénario et l’aspect trop tiède de cette comédie qu’on espérait plus subversive, on ne passe pas un mauvais moment.

a-love-you

A love you ne révolutionne peut-être pas le genre mais cette fantaisie a le mérite de révéler un joyeux duo d’acteurs, Antoine Gouy et Paul Lefèvre (devant et derrière la caméra) qui ne s’en tirent pas mal. Fanny Valette apporte la touche de charme qui fait avantageusement rebondir le film à mi-parcours. On ajoutera au casting Vincent Leyris et Eddie Chignara, très drôles tous les deux. mais surtout on applaudira la participation exceptionnelle, dans tous les sens du terme, de l’incroyable Dominique Pinon. On notera tout de même que ce petit film, n’est pas si petit que ça puisqu’il a a obtenu le Prix spécial du Jury à l’Alpe d’Huez, Allez, c’est l’été, vous pouvez emprunter les pas de nos deux Pieds Nickelés sur la route de l’amour et d’Avignon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s