Les Jardins du Roi

Vivre sa passion

A Little Chaos _0859AB select.tif

Depuis 1997 et l’Invité de l’hiver, Alan Rickman avait fait l’acteur sans repasser derrière la caméra. Ici il cumule, puisqu’il est à la fois réalisateur, acteur et scénariste de ces 117 minutes de romance sur une toile de fond plus ou moins historique. Artiste aussi douée que volontaire, Sabine De Barra conçoit de merveilleux jardins. En 1682, son talent lui vaut d’être invitée à la cour de Louis XIV, où le célèbre paysagiste du roi, André Le Nôtre, fasciné par l’originalité et l’audace de la jeune femme, la choisit pour réaliser le bosquet des Rocailles. Ce sera une pièce maîtresse des jardins, la salle de bal à ciel ouvert du nouveau palais que le Roi Soleil souhaite créer à Versailles pour éblouir l’Europe. Tout en donnant son maximum et en menant l’incroyable chantier pour terminer à temps, Sabine s’aperçoit vite qu’à la cour, le talent ne suffit pas… Il y avait là un sujet nouveau, très original, porté par un casting grand luxe et un budget tout aussi luxueux. Et pourtant on s’ennuie ferme durant ce film trop long, trop lent et qui manque d’ampleur. (Vive l’ampleur !)

_ND44438.NEF

Bien que le film soit inspiré d’une histoire vraie autour du souhait de Louis XIV de faire construire le Bosquet des Rocailles du château de Versailles, le personnage de Sabine est une pure invention. Cela dans le but d’apporter au récit d’avantage de romanesque qu’elle est le centre de toute l’intrigue, car c’est une femme seule dans un monde qu’elle ignore où elle doit maîtriser l’étiquette, savoir naviguer dans les eaux troubles des intrigues. Elle défie les barrières sociales et celles liées à son sexe. Au-delà des interdits et des passions, au cœur d’une cour sur laquelle le monde entier a les yeux rivés, Sabine et Le Nôtre donnent tout pour réaliser le rêve de leur vie malgré les obstacles. Les costumes sont somptueux et mis en valeur dans une suite de tableaux vivants… mais je doute de la fidélité de la reconstitution d’autant plus que le tournage s’est entièrement déroulé Royaume-Uni (?). Tout cela est aussi empesé que les costumes, aussi coincé que l’étiquette a la cour du Roi Soleil, aussi froid et académique qu’un documentaire historique de la défunte ORTF des années 60.

_D3S4511.NEF

Côté casting, c’est du haut de gamme avec l’impeccable Kate Winslet, décidément une magnifique actrice et Matthias Schoenaerts, qui de film en film, élargit sa palette avec bonheur. Alan Rickman campe un Louis XIV tout en froideur et en distance. Ajoutons à ce trio Stanley Tucci et Helen Mc Crory. Reste que la bluette romantique noie totalement les intentions historiques et on se demande encore pourquoi Rickman n’a pas tout simplement filmé l’histoire d’André Le Nôtre, c’eût été sans nul doute plus passionnant. Même si les intentions sont louables, en l’occurrence tenter un film sur l’égalité entre les hommes et les femmes, le tout est submergé par des dialogues prétentieux, une mise en scène plus que classique et un scénario faiblard. On nous dit : il est important de vivre sa passion car c’est ce qui donne toute sa valeur à la vie. J’ajouterai, il est important de ne pas sacrifier une belle idée à coups de bons sentiments mièvres et poussifs. Un film évitable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s