Dark Places

Sombre puzzle

charlize-theron-dark-places

Il y a 4 ans de cela, j’avais beaucoup apprécié Elle s’appelait Sarah, écrit et réalisé par Gilles Paquet-Brenner. Il revient sur les écrans avec ce thriller pur jus adapté du roman éponyme de Gillian Flynn (déjà auteur du formidable Gone Girl ). 1985. Libby Day a huit ans lorsqu’elle assiste au meurtre de sa mère et de ses sœurs dans la ferme familiale. Son témoignage accablant désigne son frère Ben, alors âgé de seize ans, comme le meurtrier. 30 ans plus tard, un groupe d’enquêteurs amateurs appelé le Kill Club convainc Libby de se replonger dans le souvenir de cette nuit cauchemardesque. De nouvelles vérités vont émerger, remettant en cause son témoignage clé dans la condamnation de son frère. Scénario en béton, mise en scène et interprétation du même métal… du grand art pour un excellent moment de pur cinéma.

551d5b9d90742

Les 117 minutes oscillent en permanence entre film noir et représentation réaliste, entre thriller rythmé et étude de la société américaine en temps de crise et offrent ainsi deux niveaux de lecture. Les flah back systématiques sont parfois un peu lassants (comme tout ce qui est systématique) mais je reconnais qu’ils ont parfaitement utiles au déroulement de l’intrigue dans laquelle on avance à petits pas, de révélations en surprises savamment distillées. Mais, au delà de cette histoire à tiroirs, le plus intéressant reste peut être la peinture de cette Amérique rurale des pauvres et des laissés pour compte. Le chef opérateur, Barry Ackroyd, (celui de Paul Greengrass et de Ken Loach) s’est parfaitement adapté au style onirique et à l’expressionnisme allemand qui constituent les principales sources d’inspiration du réalisateur. Le climat social oppressant offre un arrière-plan en parfaite adéquation avec le scénario. Très habile !

551d5ba4c9607

Charlize Theron, casquette obstinément vissée sur ses cheveux blonds, affronte ses fantômes avec une sobriété et une justesse parfaites. Une grande actrice qui sait oublier son côté glamour. Avec elle, Nicholas Hoult, Chloé Grace Moretz, Tye Sheridan, Corey Stoll, Christina Hendricks, Drea De Matteo, sont excellents et tiennent brillamment leur partition. C’est de la belle ouvrage de A à Z. Quand on aime ce genre du polar noir on ne peut qu’avoir envie de visiter ces « lieux sombres ».

Publicités

Une réponse à “Dark Places

  1. J’ai trouve un peu moins réussi que fine girl que j’avais adoré mais mention spéciale à Charlize Theron qui m’a surprise avec un jeu tout en nuances

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s