Divergente 2

Suite efficace

maxresdefault

Robert Schwentke est surtout connu pour sa réalisation en 2010 de Red pour lequel il avait prouvé qu’il est un bon artisan, sans génie, mais tout à fait respectable. Il s’attaque donc là au deuxième volet adaptée (paraît-il très librement) de la trilogie best-seller de Véronica Roth. Dans un monde post-apocalyptique où la société a été réorganisée autour de 5 factions (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères et Fraternels), Tris a mis au jour un complot mené par la faction dominante, les Érudits, dirigés par Jeanine. Abandonnant une ville à feu et à sang, à la recherche d’alliés, Tris et Four sont désormais traqués par les autorités. Jeanine décrète la loi martiale pour anéantir les Divergents, tandis que la guerre entre les factions prend de l’ampleur. Pourquoi les Divergents sont-ils une menace pour la société ? La découverte d’un objet mystérieux, hérité du passé, pourrait bien bouleverser l’équilibre des forces… La mode des dystopies adolescentes plébiscitées par le public (Hunger GamesLe Labyrinthe) continue donc d’envahir nos écrans. Mais ce serait faire la fine bouche de ne pas reconnaître de réelles qualités à ce bon divertissement.

HxbQhContrairement à la première partie dans laquelle on ne voyait presqu’un seul décor (la fosse des Audacieux), cette fois on en découvre beaucoup de nouveaux : les champs luxuriants et le dôme en nid d’abeille construit autour d’un arbre majestueux du village des Fraternels, l’univers extraordinaire, presque enchanté, à la fois fonctionnel et esthétique chez les Sans-Faction, le QG des Sincères où l’on découvre qui sont ces gens au style singulier et à l’honnêteté implacable, avant d’arriver au laboratoire de Jeanine chez les Érudits. c’est d’ailleurs là un des principaux attraits de ces 120 minutes. Ces décors sont très réussis et les effets spéciaux sont somptueux, ce qui n’empêche pas la présence de plus de 400 figurants. On comprend aisément où sont passés les 85 millions de dollars de budget.  Heureusement car si le scénario offre quelques bons moments d’action en particulier, (la bluette est un tantinet pesante), la distribution me paraît très inégale.

kate-winslet-prete-ses-traits-a-jeanine-matthews

Shailene Woodley est pratiquement de tous les plans, y compris la plupart des cascades qu’elle a réalisées elle même. Elle affirme une belle présence aussi physique que personnelle. Par contre, son amoureux, Theo James, a le charisme en berne et un jeu d’une platitude rarement atteinte. Trois grands noms d’actrices : Naomi Watts, Octavia Spencer et Kate Winslet, juchée sur des hauts talons et boudinée dans une ridicule robe bleu pétrole comme on n’en porte plus depuis les années 50, a bien du mal à nous faire croire à son personnage de dictateur démoniaque. Jai Courtney, Miles Teller, entre autres complètent cette affiche qui comme le film a des hauts et des bas. Mais bon on ne s’ennuie pas et on peut attendre avec confiance l’adaptation du dernier tome de la trilogie qui, là aussi c’est devenu une habitude depuis Harry Potter, sera divisée en deux films… Il n’y a pas de raison de refermer le tiroir-caisse trop tôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s