Bis

Trip nostalgie

maxresdefault (2)

Avec Dominique Farrugia, on peut s’attendre au pire comme au « pas mal du tout ». Dans la seconde catégorie, – par pudeur j’éviterai de parler de la première -, on peut se souvenir de L’Amour c’est  mieux à deux ou La Stratégie de l’échec. Cette fois, son scénario a choisi de nous faire voyager dans le temps. Éric et Patrice sont amis depuis le lycée. Au fil des années, chacun a pris un chemin très différent : d’un côté Éric, hédoniste sans attaches aux multiples conquêtes, et de l’autre Patrice, père de famille « monogame » à la vie bien rangée. Après une soirée bien arrosée, les deux amis d’enfance se retrouvent propulsés en 1986 alors qu’ils n’ont que 17 ans. Ce retour dans le passé est l’occasion rêvée pour tenter de changer le cours de leur vie. Que vont-ils faire de cette seconde chance ? Ce synopsis n’est pas sans rappeler celui de La Machine à démonter le temps, comédie américaine sortie en 2010. Parachutée en 1986 grâce à un jacuzzi, une bande d’amie revivait l’adolescence de la plus belle des manières. Somme toute, un film très honorable teinté d’une nostalgie prégnante et donc moins drôle qu’on aurait pu l’attendre vu la distribution, mais c’est sans doute un mal pour un bien.

maxresdefault (3)

Les 98 minutes évitent le piège du déjà-vu et de la pochade lourdingue, style Les Visiteurs. Mais ici, le duo d’acteurs est bien supérieur. Ceci explique sans doute cela. En fin de compte, ce serait plutôt un Camille redouble version mec, mais une version presque un peu trop sage. On n’est donc pas face à la comédie de l’année, mais j’avais tellement de réticences à aller voir ce film, que mes a priori sont tombés et que j’ai plutôt passé un bon moment. Evidemment ça manque de rythme et certains gags sont trop attendus pour faire vraiment rire. Mais il y a dans tout ça une vraie tendresse, une réelle mélancolie qui surprennent et font passer le temps en douceur. Et de plus, le casting est excellent et bien dirigé.

159027

Franck Dubosc et Kad Merad ne se laissent pas aller à leur numéro habituel et vont même jusqu’à nous toucher devant leur désarroi à se retrouver en ados qui savent déjà ce qu’ils vont devenir. Il y a là dedans quelque chose qui relève du pathétique même si la drôlerie l’emporte le plus souvent. On mesure grâce à eux combien le monde a changé matériellement en 30 ans, mais combien les sentiments, amoureux, amicaux ou familiaux restent immuables.  Alexandra Lamy, Gérard Darmon, Julien Boisselier et tous les autres complètent agréablement une distribution sans faille. De la belle ouvrage sans génie mais tout à fait honorable.

Publicités

Une réponse à “Bis

  1. carniato olive

    hello ! bonjour l ami…bah j y suis alle un peu force.. avec le fiston…et j ai ete aussi agréablement surpris…finalement plus touche que hilare…ah nostalgie..qud tu nous tiens..! a bientôt de te lire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s