American Sniper

Carton plein

AmericanSniper_trailerClint Eastwood s’est s’inspiré de la vie et du livre autobiographique de Chris Kyle, sous-officier de la marine américaine et redoutable tireur d’élite qui aurait tué plus de deux cents personnes (un record dans l’histoire militaire des USA) au cours de la Guerre d’Irak. De retour du champ de bataille, ce personnage atypique ouvrit un centre de formation pour apprentis tireurs d’élite dans son Texas natal et publia un roman (ici adapté), dans lequel il confesse ne regretter aucun de ses actes. Ses convictions finirent par avoir raison de lui : il meurt assassiné le 2 février 2013, tué par un ex-marine de 25 ans. Un personnage polémique s’il en est au centre d’un film de guerre dans la grande tradition, mais assujettie d’une réflexion plus qu’intelligente sur l’après. Tireur d’élite des Navy SEAL, Chris Kyle est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d’innombrables vies humaines et il décroche rapidement le surnom de « La Légende ». Cependant, sa réputation se propage au-delà des lignes ennemies, si bien que sa tête est mise à prix et qu’il devient une cible privilégiée des insurgés. Malgré le danger, et l’angoisse dans laquelle vit sa famille, Chris s’imposera comme l’incarnation vivante de la devise des SEAL : « Pas de quartier ! » Mais en rentrant au pays…

imagesOui, c’est bien là que réside le grand intérêt de ces 133 minutes dans lesquelles on retrouve nombre des thèmes de prédilection du grand Clint, le patriotisme, l’amour du drapeau, l’héroïsme, le sacrifice. Le film nous montre le poids de la guerre non seulement pour un individu, mais aussi pour toute sa famille, le cœur de l’intrigue restant la relation entre Chris Kyle et sa femme Taya. Le scénario insiste donc sur le dilemme moral auquel était confronté le tireur d’élite. Le tournage  a eu lieu en Californie et au Maroc où les villes irakiennes Ramadi, Falloujah et Sadr City ont été reconstituées. A souligner l’excellent travail du chef opérateur, Tom Stern, un fidèle parmi les fidèles de notre réalisateur. On pourra ergoter jusqu’à plus soif sur la morale très américaine de ce drame de guerre. Certes, on peut regretter qu’Eastwood ne dise pas un mot des motivations scandaleuses de ce conflit et de l’intervention américaine en Irak sous le mandat sanglant de George Bush Junior. On ne s’intéresse ici qu’à un personnage pris dans ce conflit et qui déclarera ne regretter aucune des victimes qu’il aura eu dans son viseur. La seule morale qui vaille d’être retenue ici, c’est que l’héroïsme n’est pas si simple…

American-Sniper-bilde-5En haut de l’affiche le formidable Bradley Cooper, dont on suit pas à pas les multiples  métamorphoses. De film en en film, il s’affirme comme un des tous meilleurs acteurs américains du moment. Sienna Miller incarne magnifiquement sa compagne à l’écran. Les autres interprètes fort nombreux dont Luke Grimes, ne sont que de talentueux faire-valoir. Un film glaçant de réalisme, dont la veuve de Chris Kyle, Taya, assure que la mémoire de son mari y a été honorée. L’ambiguïté du propos ne peut que susciter la controverse, mais à aucun moment on ne doit oublier la qualité extrême de ce film de genre. A vous de juger mais en pensant que vous ne regretterez pas d’avoir vu ce grand film.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s