Phoenix

La femme sans visage

ob_9aec25_phoenix-2J’avais, il y a deux ans, adoré le Barbara du réalisateur allemand Christian Petzold. Il récidive avec ce drame troublant qu’il a d’ailleurs écrit lui même. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Nelly, une survivante de l’Holocauste revient chez elle sous une nouvelle identité. Elle découvre que son mari l’a trahie… Librement inspirées du roman Le Retour des Cendres de l’écrivain français Hubert Monteilhet et d’un texte d’Alexander Kluge intitulé Une Expérience d’amour, ces 100 minutes se révèlent d’une tension extrême en faisant penser à une sorte de Vertigo au féminin. Et être comparé à Hitchcock, n’est-ce pas le plus beau des compliments ?

1.bild_Aux antipodes du film à grand spectacle, le réalisateur Christian Petzold a choisi de jouer la carte de la sobriété. Ce film sur la reconstruction physique et morale d’une rescapée d’Auschwitz est aussi une réflexion profonde sur le pardon impossible. Ce drame terrible est porté par deux acteurs magnifiques, une mise en scène superbe et une bande son remarquable avec en particulier Speak Low de Kurt Weill (qu’il a adaptée d’une comédie musicale américaine en 1943), la chanson principale du film qui revient à plusieurs reprises, surtout dans la scène finale absolument bouleversante. Tout est réuni dans ce formidable scénario : le doute, le soupçon, la convoitise, la trahison et la souffrance de l’héroïne qui nous emporte jusqu’aux tréfonds de son âme. Le tout est singulièrement renforcé par le contexte de l’immédiate après-guerre en Allemagne.

PHOENIX 2013Nina Hoss se retrouve pour la cinquième fois devant la caméra de Christian Petzold, pour notre plus grand bonheur. Quelle actrice !  A ses côtés Ronald Zehrfeld et Nina Kunzerdorf sont eux aussi remarquables de justesse et de sobriété comme l’ensemble de ce thriller psychologique glaçant et dérangeant dans le décor mortifère d’une ville en ruines, tout comme la vie des personnages. Du très grand cinéma !

Publicités

Une réponse à “Phoenix

  1. Monique Maigret

    Dérangeant ce film ! Un goût de cendres et la peur d’un bout à l’autre
    Tout peut arrivé dans ces ruines infinies et tout arrive !…nous sommes le chasseur Nelly et nous allons triompher de toutes les trahisons !..
    Une actrice à fleur de peau , totalement expressive et transparente , dense et diaphane
    Oui un grand film dont on sort remué

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s