Disparue en hiver

Traque d’un solitaire

maxresdefaultÇa continue ! Le cinéma français nous offre cette fois un excellent thriller, un genre dans lequel les cinéastes hexagonaux brillent rarement. C’est solide, habile, haletant, bien interprété et sacrément bien filmé. Christophe Lamotte est avant tout un réalisateur talentueux pour la télévision. Mais, nanti d’un excellent scénario dont il est co-auteur, il s’est lancé dans le grand bain. Daniel est un ex-policier reconverti dans le recouvrement de dettes. La cinquantaine solide, il effectue son « sale boulot » sans émotion, ni affect… Un jour d’hiver, sur le parking d’un routier, il se fait aborder par Laura, une fille de 18 ans qui lui demande de la raccompagner. Il accepte. En chemin, elle lui propose « ses services » contre de l’argent. Furieux, Daniel l’éjecte de sa voiture. Le remords et la violence de sa réaction le poussent à faire demi-tour et à revenir sur ses pas, mais Laura a disparu… Thriller glacial, certes, mais avant tout histoire d’une solitude au  cœur de l’hiver. 88 minutes qui reposent avant tout sur l’interprétation de Kad Merad.

226228Le personnage a mis sa vie sentimentale, sociale et professionnelle entre parenthèses, pour n’être plus que l’ombre de lui-même. Sa personnalité a disparu, son cœur s’est refroidi, il est aussi gelé que les paysages qu’il traverse à la recherche d’une jeune fille disparue. Le héros est miné par un secret, et c’est ce secret qui reste le vrai intérêt de ce film, car le polar en lui-même est un peu simpliste. C’est surtout un drame psychologique pesant qui enveloppe les personnages tous frappés par un dégoût de la vie. Tourné essentiellement en décors naturels, entre le Luxembourg à Heinstert dans la commune d’Attert, la Belgique et la France à Hettange-Grande, dans le département de la Moselle en Lorraine, le cinéaste sait s’appuyé sur les décors naturels pour créer un écrin froid et glauque à son récit inspiré de faits réels.

457698Kad Merad est un très grand acteur et il le prouve encore plus chaque fois qu’il sort de ses rôles comiques trop répétitifs. Il est ici parfaitement crédible dans cet emploi de solitaire déchiré et cabossé. Géraldine Pailhas lui apporte une excellente réplique tout comme Lola Creton, Pierre Perrier, Francis Renaud ou Jérôme Varanfrain.  Un film tout en atmosphère sombre et glacée pour amateur du genre. Le cinéphile n’y trouvera sans doute pas son compte, mais, honnêtement ça se laisse voir avec le plaisir de suivre la carrière d’un bel acteur et la naissance d’un nouveau réalisateur. A suivre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s