Serena

 Flop en Caroline

030Susanne Bier est danoise, elle n’en est pas à son coup d’essai, on se souvient entre autres de Love is all you need, elle revient avec ce mélodrame très classique sous forme de western des années 20,  adapté du roman de Ron Rash publié en 2008. Tout est réuni pour séduire le spectateur, et pourtant… À la fin des années 20, George et Serena Pemberton, jeunes mariés, s’installent dans les montagnes de Caroline du Nord, où ils sont décidés à faire fortune dans l’industrie du bois. Dans cette nature sauvage, Serena se montre rapidement l’égale de n’importe quel homme et règne d’une main de fer avec son mari sur leur empire. Lorsque Serena découvre le secret de George alors qu’elle est elle-même frappée par le sort, leur couple passionné et impétueux se fissure. Leur destin les entraîne vers la plus terrible des tragédies… Et pourtant ces 110 minutes me laissent un sentiment mitigé.

Serena (1)Effectivement tout est réuni pour ce film de genre : des personnages forts brisés par le destin, une histoire dramatique, des images (de forêt en particulier avec un tournage réalisé en République tchèque et dans la ville de Prague) somptueuses, une reconstitution des années 30 très soignée et par dessus tout une formidable interprétation. Je le répète tous les ingrédients sont là, et ça ne fonctionne pas vraiment, avant tout parce que l’émotion n’est pas au rendez-vous. L’ensemble est glacé, lointain, comme des photos anciennes qui se mettraient en mouvement devant une caméra dans âme, même la critique du libéralisme destructeur reste feutrée. L’ensemble est d’une platitude qui donne parfois le vertige. C’est vraiment dommage en particulier pour le couple d’acteurs qui est magnifique.

serenaAprès Happyness Therapy et American Bluff, c’est la troisième fois que le couple Jennifer Lawrence/ Bradley Cooper est réuni à l’écran. Je le redis, ils sont parfaits tous les deux, mais sans doute trop livrés à eux même par une réalisatrice qui semble avoir délaissé, voire ignoré, tous les atouts mis à sa disposition. Rhys Ifans, Toby Jones, David Dencik, Sean Harris, Ana Ularu, complètent la distribution de ce qui aurait pu être un grand film, mais qui reste une grosse production lambda qui passe à côté de son sujet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s