Qui vive

Echapper à son destin

510303Pour son premier long-métrage, Marianne Tardieu, nous offre un drame social de 83 minutes plutôt maîtrisé et passionnant. Retourné vivre chez ses parents, Chérif, la trentaine, peine à décrocher le concours d’infirmier. En attendant, il travaille comme vigile. Il réussit malgré tout les écrits de son concours et rencontre une fille qui lui plaît, Jenny… Mais au centre commercial où il travaille, il perd pied face à une bande d’adolescents désœuvrés qui le harcèlent. Pour se débarrasser d’eux, il accepte de rencarder un pote sur les livraisons du magasin. En l’espace d’une nuit, la vie de Chérif bascule…Un scénario solide, une belle interprétation et voilà une nouvelle jeune cinéaste française qui se fait une belle place sur nos écrans. Ne ratez pas ce film discret, juste et débordant d’humanité.

QUI_VIVE-3-©-La-Vie-est-Belle-Oriflamme-filmsLe héros prisonnier de l’univers des quartiers difficiles de banlieue reste un classique du cinéma social hexagonal. Mais ici, il y a quelque chose en plus, ce petit quelque chose qui peut vous faire une bon film : le portrait d’un homme bourré de contradictions, charmant, séducteur, drôle, secret, tendu, qui a peur de passer à côté de sa vie pour laquelle il se bat, par peur de ne pas y arriver. Peut être le scénario hésite-t-il trop entre film social, polar et romance et a trop tendance à oublier ces personnages secondaires, mais il se rattrape avec un final surprenant. Toujours est-il que ce film évite les clichés même si on y retrouve un certains nombres de personnages sans doute un peu trop caricaturaux. Mais notre intérêt se concentre très vite sur le couple central dont l’histoire, aussi banale soit-elle, nous accroche très vite grâce à une impeccable interprétation.

qui-vive-affiche-5353c3bbd4429Quoi qu’il fasse Reda Kateb est formidable. Pour exemple je ne citerai que Gare du Nord ou Hippocrate, où, à chaque fois et avec une sobriété incroyable, il parvient à mettre en place un personnage crédible et fort… c’est un grand acteur. Depuis La Vie d’Adèle, on avait pas revu Adèle Exarchopoulos. Une fois de plus elle est épatante et donne une belle réplique à Reda Kateb. Rashid Debbouze, Moussa Mansaly, Serge Renko, complètent avec talent la distribution. N’oublions pas que c’est un premier film et à ce titre il a droit à la fois à toute notre mansuétude pour ses quelques maladresses et à notre intérêt. Car si pour un coup d’essai, ce n’est pas encore un coup de maître, c’est tout de même sacrément intéressant et prometteur. A voir !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s