Le sel de la terre

Diaporama hagiographique

Le_Sel_de_la_Terre__c__Juliano_Ribeiro_Salgado-1400x787Sebastião Salgado est un immense photographe. Wim Wenders un immense cinéaste. Mais, curieusement la rencontre des deux ne fait pas un grand film. Je résumerai ces 110 minutes, à une sorte de long catalogue de photos toutes plus belles et plus poignantes les unes que les autres, … et c’est tout. Depuis quarante ans, le photographe Sebastião Salgado parcourt les continents sur les traces d’une humanité en pleine mutation. Alors qu’il a témoigné des événements majeurs qui ont marqué notre histoire récente : conflits internationaux, famine, exode… Il se lance à présent à la découverte de territoires vierges aux paysages grandioses, à la rencontre d’une faune et d’une flore sauvages dans un gigantesque projet photographique, hommage à la beauté de la planète. Sa vie et son travail nous sont révélés par les regards croisés de son fils, Juliano, qui l’a accompagné dans ses derniers périples et de Wim Wenders, lui-même photographe. La rencontre de deux génies qui accouche d’un diaporama, quelle déception à hauteur de l’attente.

le_sel_de_la_terre_lobby_25_62x15_0cm_300dpi_5234CMJN_01Le titre Le Sel de la terre fait référence à l’Evangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu (chapitre 5, verset 13) : Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. Entre documentaire et biopic, c’est surtout une formidable… et inutile promotion pour les ouvrages du génial photographe brésilien. Je ne nierai pas ici l’immense talent de Sebastião Salgado, souventes fois admiré en exposition. Mais pourquoi faire un film qui n’est même pas du cinéma ? Ce documentaire, somme toute, manque d’un véritable point de vue, d’une analyse des pourquoi et des comment de l’état de la planète, d’une véritable prise de risque politique et s’efforce même d’éviter tout ce qui pourrait fâcher… voir la fin du film située en Amazonie. En fin de compte, beaucoup de beauté pour rien, sinon pour le plaisir des yeux qui est indéniable, pour une conclusion au relent new-age très décevante, voire agaçante. Où est l’émotion qu’on était en droit d’attendre d’un tel projet ? Je serai sans doute un des seuls à réagir de cette façon, si j’en juge par les critiques souvent dithyrambiques et le palmarès déjà accumulé par cette production (Prix spécial dans la catégorie Un Certain Regard, Mention Spéciale du Prix du Jury œcuménique et Prix du public au Festival de Saint-Sébastien… n’en jetez plus !). Mais tant pis, quand j’attends beaucoup… trop sans doute, et que je suis déçu, je le dis. A vous de juger !523697.jpg-c_640_360_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités

Une réponse à “Le sel de la terre

  1. Je n’attendais rien et y suis allée sur la reco d’un ami photographe professionnel australien qui témoigne comme Salgado ( en plus modeste proportion ) de l’état de notre monde
    Je n’ai pas été déçue du tout et je remercie cet homme de nous montrer en plans fixes des événements que nous avons vus en mode accéléré sur nos Tv préférées
    Les plans fixes de ce magnifique documentaire sont tellement plus puissants que nos habituels reportages bavards , prétentieusement donneurs de leçons
    J’ai été fascinée aussi par l’extraordinaire qualité des photos , du grand art , et un fabuleux regard humaniste , un grand bonhomme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s