Les recettes du bonheur

Sans saveur

Helen-Mirren-dans-une-scene-du-film-Les-recettes-du-bonheur-.Adaptation cinématographique du best-seller de Richard C. Morais qui, tout comme le film, évoque le parcours d’Hassan Haji, chef d’un restaurant indien installé dans le Jura et sa rivalité avec le chef émérite du restaurant étoilé voisin. C’est le réalisateur suédois Lasse Hallström qui a réalisé cette comédie bourrée de bonnes intentions mais qui se révèle parfaitement insipide. Hassan Kadam a un don inné pour la cuisine : il possède ce que l’on pourrait appeler « le goût absolu »… Après avoir quitté leur Inde natale, Hassan et sa famille, sous la conduite du père, s’installent dans le sud de la France, dans le paisible petit village de Saint-Antonin-Noble-Val. C’est l’endroit idéal pour vivre, et ils projettent bientôt d’y ouvrir un restaurant indien, la Maison Mumbai. Mais lorsque Madame Mallory, propriétaire hautaine et chef du célèbre restaurant étoilé au Michelin Le Saule Pleureur, entend parler du projet de la famille Kadam, c’est le début d’une guerre sans pitié. La cuisine indienne affronte la haute gastronomie française. Jusqu’à ce que la passion d’Hassan pour la grande cuisine française – et pour la charmante sous-chef Marguerite – se combine à son don pour orchestrer un festival de saveurs associant magnifiquement les deux cultures culinaires. Le charmant village baigne désormais dans des parfums débordants de vie que même l’inflexible Madame Mallory ne peut ignorer. Cette femme qui était autrefois la rivale d’Hassan finira par reconnaître son talent et le prendre sous son aile… Et voilà, tout est dit, tout est raconté dans le pitch comme dans la bande annonce. Passe votre chemin, il n’y a plus rien à voir.

1280x720-J2hLe tournage s’est déroulé à la Cité du Cinéma de Luc Besson, en Seine-Saint-Denis, puis dans le village de Saint-Antonin-Noble-Val, localité où se déroule l’histoire. On pourrait se dire : « un film produit par Steven Spielberg et Oprah Winfrey, ça ne peut être que bon ». Aussi quelle déception ! Les ingrédients sont là, mais ils sont mal accommodés et ça nous donne un film sans parfum, sans saveur, sans originalité. L’histoire est bourrée à la fois de clichés, d’invraisemblances et surtout, elle n’arrive à nous surprendre à aucun moment. C’est cousu de fil blanc. Les personnages sont caricaturaux au possible et on prévoit tellement à l’avance l’évolution du scénario qu’on s’ennuie très vite ferme. J’avoue quelques assoupissements honteux, (qui n’avaient même pas l’excuse d’être postprandial) le menu était sans doute trop lourd. 123 minutes de digestion difficile.

140908_LesrecettesdubonheurPourtant le casting, lui, était trois étoiles. L’immense Helen Mirren en tête est une actrice géniale, qu’est-elle donc allé faire dans cette galère ? Om Puri (qui fait penser irrésistiblement à un Michel Galabru venu de Bombay) cabotine avec une belle constance. Charlotte Le Bon est très jolie… et c’est tout. Manish Dayal est transparent et beaucoup plus fade que sa cuisine. Enfin, Michel Blanc fait quelques apparitions gloutonnes, mais il n’y a vraiment que lui qui se régale. Ce film ne vous empoisonnera pas mais vos palais de gastronomes du cinéma n’y trouveront pas leur compte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s