L’Assassinat d’Henri IV

Leçon d’Histoire

1000x550_video-l-assassinat-d-henri-iv_pf14 mai 1610, le Roi Henri IV est loin de penser qu’il n’a plus que quelques heures à vjvre. Jacques Malaterre, auquel on doit les formidables L’Odyssée de l’espèceHomo sapiens et Le Sacre de l’homme s’est lancé en 2008 dans un docu-fiction absolument épatant qui était destiné à une collection de France 2 baptisée « Ce jour là tout a changé ». Ce premier opus ne sera suivi que de deux autres, l’un consacré à la fuite de Varennes et l’autre à l’appel du 18 juin… Pour des raisons qui échappent à tout le monde, et malgré de très bons résultats à l’Audimat, (sans lequel nos belles chaînes télé ne seraient pas ce qu’elles sont… silence qui en dit long), la série a été interrompue. Notre service public s’honorerait à programmer plus souvent, et à des heures d’écoute décentes, ce type de films dans lesquels le cinéma devient un instrument de culture populaire à la fois intelligent et ludique. Hélas…

hqdefaultLe film retrace heure par heure la dernière journée d’Henri IV de France, le 14 mai 1610, avec un certain nombre des retours en arrière, en particulier pour évoquer l’amour de Gabrielle d’Estrées. Il retient la thèse du complot. On suit pas à pas notre Vert Galant de 6 heures du matin à 16 heures, Et on découvre toutes les facettes de (je cite le réalisateur) ce roi qui n’avait pas été formaté par une cour. Il possédait les valeurs de son grand-père paysan, il savait ce que c’était que de travailler la ­terre. Il vivait comme si chaque jour était le dernier, était coureur de jupons, chasseur il connaissait bien la forêt de ­Fontainebleau, il a échappé à dix-neuf tentatives d’assassinat et était en parfaite santé jusqu’à sa terrible mort, à l’âge de 57 ans. Le récit linéaire est jalonné de retours en arrière sur les grandes heures de son règne. Seuls dix-huit jours de tournage, essentiellement au château de Fontainebleau et au cœur de la ville du Mans, ont été nécessaires à la réalisation de ce bijou historique. Cela relève de la performance quand on voit le soin apporté aux costumes, aux décors et au moindre des accessoires. Formidablement documenté, ce film est une véritable leçon d’histoire, dont le moins qu’on puisse en dire, c’est qu’elle se révèle encore terriblement d’actualité en 2014…

0Les comédiens souvent venus de la « planète théâtre » ont été choisis pour leur ressemblance avec les personnages. Ils sont tous parfaits avec une mention spéciale pour Arnaud Bedouet, Henri IV plus vrai que nature, à la fois paillard et fragile, politique et jouisseur, père, amant et souverain à poigne et qui sera trahi par ses plus proches. On ajoutera à cette brillante distribution Luca Chiara, Priscilla Bescond, Olivier Augrond, Marc Saez, Elodie Varlet, et Thibault Motte, impressionnant Ravaillac. Quand les « téléfilms » retrouvent une seconde vie sur le grand écran, c’est visiblement pour la plus grande joie des spectateurs. On attend maintenant avec impatience la série réalisée pour Arte par le même Jacques Malaterre qui aura pour sujet les « Héros Oubliés de l’Histoire » qui devrait être diffusée (osons le conditionnel… c’est de la télévision) en 2016. Pour avoir eu la chance de voir en avant- première le « pilote » consacré au Père Jerzy Popieluszko, je m’en pourlèche mes babines de cinéphile à l’avance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s