La Planète des Singes : l’affrontement

Black is monkey

affiche-preventive-us-du-film-la-planete-des-singes-l-affrontement-11053107roerw_1713Ce deuxième volet du prequel de la Planètes des Singes débute là où Les Origines s’était arrêté. À la fin du volet précédent, les singes se libéraient de leur captivité au moment où un virus mortel créé par les humains se répandait dans le monde. César, leader bienveillant des singes, a conduit les siens en sécurité à Muir Woods, non loin de San Francisco. Hors de cette enclave, une pandémie, la grippe simienne, a décimé la plus grande partie de l’espèce humaine. La civilisation a décliné peu à peu, et l’humanité a pratiquement disparu. Alors… Une nation de plus en plus nombreuse de singes évolués, dirigée par César, est menacée par un groupe d’humains qui a survécu au virus dévastateur qui s’est répandu dix ans plus tôt. Ils parviennent à une trêve fragile, mais de courte durée : les deux camps sont sur le point de se livrer une guerre qui décidera de l’espèce dominante sur Terre. Matt Reeves prend ici le relais de Rupert Wyatt qui avait réalisé la première partie. Et c’est de nouveau une pleine réussite que l’on parle du scénario ou de la réalisation, c’est un sans faute.

singe2Le tournage a eu lieu, comme une partie du premier volet, au Canada, en Colombie-Britannique. C’est pour la diversité de ses sites, et notamment ses forêts, que le lieu fut choisi, ainsi que pour son isolement relatif : les scènes furent en effet tournées sur l’île de Vancouver et à Campbell River. Certaines séquences supplémentaires furent également filmées à la Nouvelle-Orléans. Pour apporter une touche de réalisme et de dynamisme renforcé à L’affrontement, le choix de la production a été de tourner en extérieur, contrairement au premier épisode, qui a majoritairement été filmé en intérieur. Ainsi, plus de 85 % du film a été réalisé dans les forêts canadiennes. Un budget de 170 millions de dollars bien utilisé pour de la science-fiction intelligente, plus sensible que violente, plus réfléchie que survitaminée. Comme quoi les problèmes sociopolitiques peuvent cohabiter avec les effets spéciaux et l’action pure.

la-planete-des-singes-l-affrontement-photo-53456d6d73e2bEt puis il y a l’interprétation étonnante de l’ensemble du casting, même caché sous la peau des singes. Avec l’extraordinaire Andy Serkis, le comédien aux mille visages, (Gollum dans Le Seigneur des anneaux, Capitaine Haddock dans Les Aventures de Tintin: Le secret de la Licorne, ou encore King Kong, dans la version de Peter Jackson, c’était lui !). Mais Jason Clarke, Gary Oldman, Kery Russel ne sont pas en reste et une mention spéciale pour Judy Greer et Toby Kebbell, parmi les autres  » singes » plus vrais que nature grâce à la technologie de capture de mouvement, Avec la musique de Michael Giacchino, sans doute le blockbuster de l’année qui sait ne pas oublier la force émotionnelle de son propos. Le troisième volet est déjà en route sous la houlette du même réalisateur, même si on ressort de L’affrontement avec pas mal de pessimisme sur les natures humaine et simiesque. On se régale d’avance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s